Cet article date de plus de trois ans.

Des parlementaires demandent à Hollande la reconnaissance de l'Etat de Palestine

Des élus de tous bords de l'Assemblée nationale et du Sénat signent un texte réclamant la reconnaissance de l'Etat palestinien avant la fin du mandat du président de la République. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cent cinquante-quatre députés et sénateurs réclament à François Hollande la reconnaissance de l'Etat de Palestine, dans "Le JDD" du 26 février 2017.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

Ils sont 153 à avoir signé la lettre ouverte de Gilbert Roger, député PS président du groupe d'amitié France-Palestine. Des députés et sénateurs français de tous les bords politiques demandent à François Hollande la reconnaissance de l'Etat palestinien, dans un courrier publié dimanche 26 février par Le Journal du dimanche

"La France doit marquer sa volonté de sortir de l'impasse sur ce conflit en réaffirmant solennellement, au nom du droit inaliénable à l'autodétermination, que le peuple palestinien est fondé à se doter d'un État. Il en va du respect du droit international comme de la sécurité d'Israël", écrivent ces parlementaires au chef de l'Etat.

"Ne manquez pas ce rendez-vous avec l'histoire"

Ils poursuivent : "La France ne peut prôner dans ses expressions officielles la solution à deux États et n’en reconnaître qu’un seul. Nos actes doivent désormais suivre nos mots. (…) Monsieur le président, montrez-vous à la hauteur de l'enjeu et ne manquez pas ce rendez-vous avec l'histoire, en reconnaissant dès à présent l'Etat de Palestine."

La plupart des groupes politiques, de gauche comme de droite, sont représentés dans la liste des signataires. Dans celle-ci figurent notamment les communistes Marie-George Buffet et Pierre Laurent, les écologistes Aline Archimbaud et Esther Benbassa, les socialistes Marie-Noëlle Lienemann, Mathieu Hanotin et Catherine Tasca ou les LR Jean-Luc Reitzer et Michel Voisin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.