Airbnb va supprimer ses annonces dans les colonies israéliennes en Cisjordanie

En représailles, le gouvernement israélien a menacé de sanctions la plateforme de réservation de logements en ligne.

Une vue aérienne de la colonie israélienne de Har Homa, à la périphérie de Jérusalem-Est et près de la ville de Bethléem, le 30 septembre 2010. 
Une vue aérienne de la colonie israélienne de Har Homa, à la périphérie de Jérusalem-Est et près de la ville de Bethléem, le 30 septembre 2010.  (YUVAL NADEL / AFP)

La plateforme Airbnb a annoncé, lundi 19 novembre, dans un communiqué, qu'elle allait "retirer de nos listes les logements dans les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée qui sont au cœur de la dispute entre Israéliens et Palestiniens". Quelque 200 logements sont répertoriés dans les colonies israéliennes, d'après le site internet, qui ne précise pas quand cette mesure entrera en vigueur.

Le ministre du Tourisme israélien a qualifié cette décision de "honteuse et malheureuse". D'après lui, l'Etat hébreu a ainsi "commencé à préparer des mesures immédiates pour limiter les activités d'Airbnb". Le ministre de la Sécurité intérieure a également appelé "ceux qui sont affectés" à porter plainte contre Airbnb.

Les colonies construites depuis plus de 50 ans en Cisjordanie par Israël sont considérées comme illégales par la communauté internationale qui les voit comme l'un des principaux obstacles à la paix. L'ONG Human Rights Watch s'est réjoui de cette annonce d'Airbnb et appelle désormais la plateforme Booking.com à suivre l'exemple en cessant de proposer des locations dans les colonies israéliennes.