Cet article date de plus de huit ans.

Israël : Netanyahu forme une coalition avec les centristes et les nationalistes

C'est la fin d'une longue période de tractations politiques. Bilan : un Benyamin Netanyahu affaibli et une montée en puissance des centristes et de l'extrême droite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le 14 mars 2013 au Parlement israélien, à Jérusalem. (GALI TIBBON / AFP)

Près deux mois après les législatives, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu (Likoud, droite), a annoncé, vendredi 15 mars, avoir signé des accords de coalition avec le parti centriste Yesh Atid et le mouvement nationaliste religieux Foyer juif, proche des colons établis dans les Territoires palestiniens.

Le 2 février, le président Shimon Peres avait officiellement chargé Benyamin Netanyahu, arrivé en tête des législatives, de former le prochain gouvernement. Mais les tractations politique se sont étirées en longueur, affaiblissant Netanyahu et le Likoud.

Le Likoud conserve la Défense et l'Intérieur

Finalement, Yesh Atid, sensation des élections législatives du 22 janvier, avec 19 députés, obtiendrait selon les médias les ministères des Finances et de l'Education, et Foyer juif (12 députés) ceux du Commerce et de l'Industrie, ainsi que du Logement. Ce dernier ministère supervise notamment la construction dans les colonies. "Avec l'aide de Dieu, nous avons signé. Le 33e gouvernement d'Israël est en bonne voie", a commenté sur Twitter, le chef de Foyer juif, Naftali Bennett.

L'ex-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, à la tête du nouveau parti centriste HaTnouha (6 députés), sera ministre de la Justice, également en charge des négociations de paix avec les Palestiniens.

Le Likoud devrait s'arroger les portefeuilles clés de la Défense et de l'Intérieur. La prochaine majorité gouvernementale rassemblera 68 députés sur 120.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.