Egypte : la peine de mort requise contre Moubarak

Le tribunal du Caire juge actuellement l'ancien chef d'Etat égyptien, après la répression du soulèvement contre son régime début 2011.

Hosni Moubarak arrive à son procès sur une civière au Caire le 5 janvier 2012.
Hosni Moubarak arrive à son procès sur une civière au Caire le 5 janvier 2012. (AFP)

Le parquet a demandé jeudi 5 janvier la peine capitale pour l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, accusé d'être responsable du meurtre de manifestants lors de la révolte contre son régime, début 2011.

"La loi prévoit la peine de mort pour le meurtre prémédité", a déclaré l'un des procureurs, Moustafa Khater, au terme des réquisitions du parquet devant le tribunal du Caire, où est jugé l'ancien chef d'Etat, qui plaide non-coupable.

"Le président de la République est responsable de la protection du peuple. La question n'est pas seulement de savoir s'il a donné ou non des instructions de tuer les manifestants, mais au-delà de ça, de savoir pourquoi il n'est pas intervenu pour arrêter la violence contre ces manifestants", a déclaré un autre procureur, Moustafa Souleimane.

Mardi, il avait décrit Hosni Moubarak, à la tête de l'Egypte pendant trois décennies, comme "un dirigeant tyrannique" qui a "répandu la corruption" et "ruiné le pays sans rendre de comptes".

Deux fils de Moubarak également jugés

Le procès de l'ancien président, qui a démissionné le 11 février 2011 sous la pression d'une révolte populaire, a débuté le 3 août. Hosni Moubarak, âgé de 83 ans, est en détention préventive dans un hôpital militaire de la banlieue du Caire. L'ex-raïs est jugé car il aurait donné l'ordre de tirer sur la foule durant le soulèvement du peuple égyptien, qui a, officiellement, fait quelque 850 morts. 

La peine de mort a également été requise pour l'ancien ministre de l'Intérieur Habib el-Adli et six hauts responsables des services de sécurité, jugés en même temps. Le procureur a également demandé la "peine maximale" pour les deux fils de Moubarak, Alaa et Gamal, jugés comme leur père pour corruption, une inculpation passible de 15 ans de prison. Le procès a été ajourné aux 9 et 10 janvier. 

Ci-dessous, larrivée de Moubarak au tribunal militaire du Caire. Il y est transporté sur une civière, en hélicoptère, puis en ambulance.