Cet article date de plus de dix ans.

Des rebelles libyens ont annoncé lundi avoir chassé de Misrata les troupes du régime

Les forces gouvernementales, durement pilonnées depuis deux jours, se seraient retirées de la ville et se trouveraient dans ses faubourgs.55 personnes au moins ont été tuées et plus de 200 autres blessées à Misrata par des tirs de roquettes des forces loyales à Mouammar Kadhafi, samedi et dimanche.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Les rebelles résistent aux forces du régime libyen, à Misrata, le 23 avril 2011. (AFP - Marwan Naamani)

Les forces gouvernementales, durement pilonnées depuis deux jours, se seraient retirées de la ville et se trouveraient dans ses faubourgs.

55 personnes au moins ont été tuées et plus de 200 autres blessées à Misrata par des tirs de roquettes des forces loyales à Mouammar Kadhafi, samedi et dimanche.

Après ces explosions plus fortes que d'habitude jusque dans la nuit, Misrata connaissait une nette accalmie depuis lundi matin. Des roquettes et obus y tombaient de temps à autre, apparemment tirés au hasard au milieu des habitations, faisant au moins 9 victimes civiles mais selon un journaliste aucun bruit de combat rapproché n'était audible.

Dans les quartiers auparavant contrôlés par les pro-Kadhafi, l'avancée des rebelles a permis de libérer des habitants enfermés chez eux parfois pendant des semaines à cause des tireurs embusqués.

L'annonce d'une suspension des opération "est un leurre", avait déclaré dimanche le colonel Omar Bani, porte-parole militaire du Conseil national de transition (CNT) créé par l'opposition à Benghazi.

Un blogueur français blessé en attente d'évacuation
Le journaliste blogueur français grièvement blessé par une balle perdue samedi à Misrata, Baptiste D., était toujours en soin intensifs lundi dans le même hôpital, selon ses quatre collègues, qui ont pris contact avec les autorités françaises pour tenter d'organiser son évacuation. Ils ont expliqué lundi soir dans un communiqué être "venus ici avec" le blessé "depuis plus d'un mois pour soutenir cette révolution".

En revanche, le photographe britannique Guy Martin, blessé le 20 avril à Misrata par le tir de mortier qui a tué ses collègues Tim Hetherington et Chris Hondros, a été évacué lundi par bateau en direction de Malte. Le jeune homme, photographe indépendant qui travaillait pour l'agence Panos, était conscient et perfusé au moment de son départ.

Selon les Etats-Unis, il reste encore 2.000 étrangers en attente d'évacuation dans le port de Misrata, où les stocks alimentaires sont encore suffisants.

Sur le plan diplomatique, le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a annoncé dimanche qu'il se rendrait prochainement à Benghazi, pour inaugurer un consulat.

Aide financière du Koweit à la rébellion
Le Koweït a pour sa part accordé une aide financière de 50 millions de dinars (180 millions USD) à la rébellion, selon le président du CNT, en visite à Koweït. "Cette somme va nous aider à régler une partie les salaires des employés. Nous avons besoin d'une assistance urgente", a indiqué Moustapha Abdeljalil.

Appel du pape à une solution diplomatique
Dimanche à Rome, "urbi et orbi" ("à la ville et au monde"), que "la diplomatie et le dialogue doivent prendre la place des armes" en Libye.

Les frappes de drones vont se poursuivre
L'Otan a averti dimanche que les frappes de drones se poursuivraient malgré les difficultés représentées par la présence de civils à côté des installations militaires.

A Misrata, une centaine de soldats kadhafistes étaient encerclés dimanche dans un bâtiment au bout de la rue Tripoli, en grande partie libérée. D'autres poches de soldats loyalistes continuaient de combattre ailleurs dans la ville.

La nette avancée des rebelles a permis de libérer des habitants enfermés chez eux depuis parfois plusieurs dizaines de jours, à cause des snipers qui abattaient tous ceux qui tentaient de sortir.

La situation humanitaire se dégrade à Misrata
Malgré l'aide livrée par mer, surtout par les ferries de l'Organisation internationale des migrations (OIM) qui font la navette avec Benghazi pour évacuer les migrants de toutes nationalités, la situation humanitaire se dégrade à Misrata où l'alimentation d'eau est coupée. Quatre-vingt-dix blessés ont été évacués de Misrata à bord d'un navire qatari qui a accosté au port de Sousse, dans le centre de la Tunisie.

Dans l'Ouest, les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi ont bombardé dimanche après-midi des zones proches du poste-frontière tuniso-libyen de Dehiba, pour tenter de reprendre la ville de Wazzan, selon des témoignages recueillis par l'AFP.

Les ressources de Kadhafi
Pour faire pression sur le régime libyen, l'ONU a imposé un gel des avoirs à l'étranger du colonel Kadhafi et de ses proches, mais selon le quotidien américain Los Angeles Time, le dirigeant libyen continuerait de puiser dans ses comptes bancaires à l'étranger.

Malgré le blocage de 60 milliards de dollars d'avoirs par l'Union européenne et les Etats-Unis, plusieurs pays n'ont pas ou peu fait pour geler les dizaines de milliards de dollars que les Kadhafi ont placé sur des comptes à l'étranger ces dernières années.

Le total des sommes n'est pas aisé à déterminer, notamment parce que M. Kadhafi a investi dans des sociétés et instituts financiers qui cachent son nom, selon le Journal du dimanche.

Lire aussi

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.