Cet article date de plus de neuf ans.

Attentat en Israël

Trois personnes ont été tuées et onze autres blessées dans un attentat suicide revendiqué par les brigades des Matyrs d'Al-Aqsa survenu dans un centre commercial à Dimona, dans le sud d'Israël.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Radio France © France Info)

Parmi les trois victimes, il y a une Israëlienne et les deux kamikazes qui ont agi ce matin vers 10h30. L'un a succombé en actionnant la ceinture d'explosifs qu'il portait sur lui, l'autre a été tué par un officier de police d'une unité d'élite qui se trouvait sur les lieux, selon le porte-parole du Magen David Adom, service d'ambulance israëlien. La ceinture d'explosif du second kamikaze n'aurait pas explosé. Le kamikaze se cachait à l'intérieur du centre commercial lorsqu'il a été débusqué par le policier qui l'a abattu, une demi-heure après l'explosion de la ceinture piégée de l'autre kamikaze, ont indiqué des témoins.

Les brigades des Martyrs d'Al-Aqsa issues du mouvement Fatah ont revendiqué l'attentat, affirmant qu'il avait été mené conjointement avec deux autres groupes armés par deux kamikazes originaires de Gaza. En plus des brigades, la branche armée du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et les Brigades unifiées de la Résistance se seraient joints à l'opération. C'est la première fois que cette formation de brigades unifiées, se manifeste.

Sans revendiquer clairement l'attentat, le Hamas a tout de même qualifié cette attaque d'"acte héroïque", affirmant qu'il constituait "une réponse
naturelle aux crimes de l'occupation".
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Arieh Mekel a promis de combattre le terrorisme par tous les moyens. Peu après un des chefs terroristes a été tué dans un raid de l'armée israëlienne sur Gaza. Mahmoud Abbas, le chef de l'Autorité palestinienne a condamné l'attentat et l'attaque israrëlienne.

Une vingtaine d'ambulances étaient sur le site qui a été bouclé. Selon la radio militaire, il semble que l'auteur de l'attentat soit venu d'Egypte via le passage de Rafah qui avait été forcé et partiellement détruit par la population palestinienne de la bande de Gaza, le 23 janvier, en raison du blocus imposé par Israël.

Dimona est une ville pauvre du sud d'Israël où a été construit dans les années 60 un réacteur nucléaire.
Il s’agit du premier attentat sur le sol israëlien depuis janvier 2007. En effet, le dernier avait eu lieu le 29 janvier l'an dernier dans une boulangerie d'Eilat, une station balnéaire du sud du pays.

Anne-Laure Barral avec agences.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.