Cet article date de plus de dix ans.

Assistés de l'intervention aérienne de la colation en Libye, les insurgés progressaient dimanche vers l'ouest

Affaiblis par la coalition internationale, harcelés par les rebelles, les pro-Kadhafi ont évacué le port pétrolier de Ras Lanouf, alors que les forces insurrectionnelles prenaient confiance dans leur avancée vers l'ouest.Dans la soirée, la coalition a bombardé Tripoli, selon une journaliste de l'AFP sur place.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des insurgés libyens protègent le départ de leurs troupes vers le port pétrolier de Ras Lanouf, le 27 mars 2011 (AFP/ARIS MESSINIS)

Affaiblis par la coalition internationale, harcelés par les rebelles, les pro-Kadhafi ont évacué le port pétrolier de Ras Lanouf, alors que les forces insurrectionnelles prenaient confiance dans leur avancée vers l'ouest.

Dans la soirée, la coalition a bombardé Tripoli, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Ras Lanouf, nouvelle étape des insurgés
Les forces loyalistes ont laissé des munitions par caisses entières, missiles alignés sur le sable, équipement dans le port pétrolier de Ras Lanouf, situé à 370 km à l'ouest de Benghazi.

"Ils ont pris la fuite, et aujourd'hui nous les poursuivons. On ne s'arrête pas avant d'avoir libéré Misrata, et puis Tripoli !", a lancé un insurgé.

"On continue, on ne s'arrête pas avant Syrte !", affirme un autre. Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, se trouve à 200 km à l'ouest de Ras Lanouf. Misrata, ville tenue par les rebelles mais pilonnée par les pro-Kadhafi, est à une distance similaire plus à l'ouest, à mi-chemin entre Syrte et Tripoli, la capitale.

Attaque à l'ouest
Après avoir pris samedi à l'aube le contrôle d'Ajdabiya, ville stratégique à 200 km à l'est, les forces rebelles poussaient dimanche leur avantage, à la faveur d'un repli des troupes de Tripoli qui prenait de plus en plus des allures de débandade, selon des témoins.

La coalition internationale a mené dans la nuit des raids intensifs sur la route côtière entre Ajdabiya et Syrte. Et aucune position défensive ne devrait permettre aux pro-Kadhafi de ralentir l'avancée des rebelles avant Syrte, fief de Kadhafi, qui compte plus de 100.000 habitants.

Les habitants de Syrte fuyaient dimanche la ville, dans la crainte de raids aériens de la coalition et de l'arrivée des rebelles

Kadhafi défend Mistra
Les insurgés ont annoncé dimanche soir que les combats étaient terminés à Misrata, ville située à 200 km à l'est de Tripoli, qu'ils disent détenir entre leurs mains, même si des kadhafistes contrôlaient toujours une zone dans l'ouest de la ville.

Les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi ont tiré au mortier sur la ville, faisant au moins huit morts et 24 blessés, a déclaré à Reuters un habitant de la ville.

Cibles sur Tripoli
Des tirs de la défense anti-aérienne ont retenti dimanche soir à Tripoli et des explosions ont été entendues dans la soirée de dimanche dans la capitale libyenne, a constaté une journaliste de l'AFP.

Des témoins ont indiqué qu'"un raid aérien a pris pour cible la route de l'aéroport (10 km du centre de la capitale), et le secteur de Aïn Zara" 14 km à l'est du centre de Tripoli.

La télévision libyenne a confirmé que des raids de la coalition internationale avaient visé Tripoli et Syrte.

Course en avant
Même dans un vent de victoire encore hypothétique, la discipline ne semble pas s'être améliorée parmi les rebelles. Aucune hiérarchie ne se distingue, aucun commandement. Juste une course enthousiaste et naïve vers l'Ouest, d'après les observateurs.

Sous l'arche de fer marquant l'entrée de Ras Lanouf, un ensemble de villas et de bâtiments construit pour les travailleurs du pétrole, des jeunes gens en liesse brûlent le drapeau vert de la Libye, crient leur joie, tirent en l'air.

"L'heure de la vengeance a sonné. Nous attendons des renforts, du ravitaillement et ce soir, nous serons aux portes de Syrte. Nous ne les lâchons plus. Merci la France, merci l'Angleterre !", lance un insurgé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.