Cet article date de plus d'onze ans.

Ali Abdullah Saleh a accepté le plan de sortie de crise des pays du Golfe, "mais dans le cadre de la Constitution"

Le plan prévoit un transfert de ses pouvoirs à son vice-président et la création d'un nouveau gouvernement dirigé par l'opposition.Des milliers de jeunes protestataires ont manifesté lundi matin à Sanaa, proclamant leur refus du dialogue préconisé par les monarchies du Golfe entre le pouvoir et l'opposition
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président yéménite, Ali Abdullah Saleh, s'adressant à des partisans le 8 avril 2011 à Sanaa, capitale du Yémen (AFP - MOHAMMED HUWAIS)

Le plan prévoit un transfert de ses pouvoirs à son vice-président et la création d'un nouveau gouvernement dirigé par l'opposition.

Des milliers de jeunes protestataires ont manifesté lundi matin à Sanaa, proclamant leur refus du dialogue préconisé par les monarchies du Golfe entre le pouvoir et l'opposition

"Le peuple veut juger le président", répétaient encore les manifestants.

L'opposition parlementaire a pour sa part salué l'offre du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Depuis fin janvier, le Yémen est le théâtre de manifestations réclamant le départ du président Saleh, qui ont fait plus de 100 morts.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.