Cet article date de plus de cinq ans.

Prix Nobel de physique : trois Britanniques récompensés pour leurs travaux sur les "mystères de la matière"

Le prix a été attribué, mardi, à trois chercheurs britanniques exerçant aux Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les lauréats du prix Nobel de physique 2016, David Thouless, Duncan Haldane et Michael Kosterlitz, le 4 octobre 2016. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Vous connaissiez les états liquide, solide et gazeux ; ils en ont étudié d'autres. Les Britanniques David Thouless, Duncan Haldane et Michael Kosterlitz ont remporté, mardi 4 octobre, le prix Nobel de physique. "Leurs découvertes ont permis des avancées dans la compréhension théorique des mystères de la matière et créé de nouvelles perspectives pour le développement de matériaux innovants", selon la Fondation Nobel.

Des applications attendues dans l'électronique

"Les lauréats de cette année ont ouvert la voie à un monde inconnu où la matière peut passer par des états étranges. Ils ont employé des méthodes mathématiques avancées pour étudier des phases ou états inhabituels de la matière, tels que les superconducteurs, les superfluides ou les films magnétiques fins", a expliqué le jury. Les applications sont attendues dans la science des matériaux et dans l'électronique.

En 2015, ce prix avait été décerné au Japonais Takaaki Kajita et au Canadien Arthur McDonald, crédités d'avoir établi que les neutrinos, des particules élémentaires, avaient une masse.

Le prix de physique est le deuxième de la saison Nobel après celui de médecine, attribué, lundi, au Japonais Yoshinori Ohsumi. Le biologiste a été récompensé pour son étude de la régénération cellulaire qui, en cas de dysfonctionnement, peut déclencher des maladies chroniques comme la maladie de Parkinson ou le diabète. Suivront la chimie mercredi, la paix vendredi, l'économie lundi et la littérature le 13 octobre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prix Nobel 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.