Près de 100 morts liés au vol de zébus à Madagascar

Près de 100 personnes sont décédées ce week-end dans des affaires de vols de zébus. Les vols de bétails et les troubles secouent le sud-est de l'île depuis le moins de juin.

(Paulo Whitaker Reuters)

Ils sont appelés les Dahalos par les Malgaches : les voleurs
de bétails. Selon la gendarmerie, ce sont près de 100 brigands qui sont décédés
ce week-end dans le sud de Madagasacar. Dans la nuit de dimanche à lundi, 23 ont
été tués à Emanombo près de Fort Dauphin.

Selon l'entourage du chef de région, les voleurs ont été
tués dans une embuscade tendue par des villageois armés de pierres, de sagaies
et de fusils de chasse. Ces accrochages entre Dahalos et population durent
depuis le mois de juin.

Les habitants et les éleveurs du sud de l'île ont mis en place de véritables milices là où la gendarmerie est absente. Il faut parfois marcher plusieurs jours pour atteindre certaines zones et les forces de l'ordre manquent de moyens. 

À l'origine, le vol de zébus était un moyen pour les jeunes
gens de prouver leur virilité. Peu à peu la tradition s'est transormée en grand banditisme avec des bandits spécialisés. Le trafic de grande ampleur et le transport des animaux sont aidés par
des fraudes et de la corruption qui permettent notamment le blanchiment de papiers administratifs.