Cet article date de plus de neuf ans.

Premières représailles ? Pékin ouvre une enquête contre les fabricants de tubes

La Chine avait dit qu'elle ne se laisserait pas faire après l'imposition par Bruxelles de lourds droits de douanes sur les panneaux solaires chinois. Pékin réplique donc vendredi en lançant une enquête sur les fabricants européens, américains et japonais de tubes d'acier sans soudure, qu'elle accuse à son tour de dumping. Le Français Vallourec pourrait être concerné.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Nouvel épisode dans la guerre commerciale à laquelle se livre la Chine : Pékin a décidé de risposter. Deux jours après que  la Commission européenne a approuvé l'imposition de lourds  droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine, Pékin annonce avoir ouvert une enquête contre les fabricants européens, américains et japonais de tubes d'acier sans soudure, accusés par un concurrent chinois de dumping. 

Le groupe français Vallourec est le leader mondial de ces tubes sans soudure. Il pourrait être concerné par d'éventuelles sanctions de Pékin. Vendredi cette annonce a fait chuter son titre en bourse.

La Chine avait prévenu qu'elle n'accepterait pas de mesures anti-dumping prises par Bruxelles. Pour la Commission européenne, ces nouveaux droits de douane sur les panneaux solaires chinois ont pour but de protéger les industriels européens contre ce qu'ils considèrent comme du dumping de la part des concurrents chinois, qui vendent leurs produits jusqu'à 45% moins chers que les Européens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.