Pays-Bas : au moins trois morts et cinq blessés dans une attaque à Utrecht

L'auteur présumé des coups de feu a été arrêté, lundi en fin d'après-midi. Sa photo avait été diffusée par la police. 

Les forces de l\'ordre interviennent à Utrecht (Pays-Bas), après une fusillade dans un tram, le 18 mars 2019.
Les forces de l'ordre interviennent à Utrecht (Pays-Bas), après une fusillade dans un tram, le 18 mars 2019. (ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP)

Trois personnes ont été tuées, lundi 18 mars, après l'attaque survenue à Utrecht (Pays-Bas). Le lieu du drame, la place du 24-Octobre, située à la périphérie du centre de la ville, a été bouclée par la police une bonne partie de la journée.

>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations après les coups de feu à Utrecht

Selon la police, les coups de feu ont été tirés à l'intérieur d'un tramway, dans une attaque qualifiées de "potentiellement terroristes"Les services de secours ont indiqué que trois hélicoptères avaient été déployés pour prendre en charge les victimes. Sur une photo postée par un journaliste, on peut apercevoir un corps recouvert d'un drap près du tramway.

Tireur en fuite, piste terroriste envisagée

Les écoles de la ville ont été confinées pendant quelques heures aussitôt après l'annonce de l'attaque. La police a annoncé, à la mi-journée que le tireur était en fuite, n'excluant pas qu'il y ait eu plusieurs tireurs. Elle a diffusé lundi la photo d'un suspect : "La police recherche Gökmen Tanis, 37 ans (né en Turquie) en lien avec l'incident de ce matin", affirme la police d'Utrecht sur Twitter, enjoignant au public de "ne pas l'approcher".

Le porte-parole de la police a dit que la thèse d'une motivation terroriste était envisagée. "Une enquête sur la fusillade sur la place du 24 octobre à Utrecht est en cours. Dans celle-ci, nous prenons également en compte un éventuel motif terroriste", a déclaré la police dans un tweet. La sécurité a été renforcée dans les bâtiments clés et les aéroports des Pays-Bas, dont celui d'Amsterdam-Schiphol. A Utrecht, la police a conseillé aux écoles de fermer leurs portes et l'université de la ville a été bouclée.