Pays-Bas : le médecin aux 200 enfants ?

La justice néerlandaise a autorisé le test ADN sur près de 200 enfants, qui soupçonnent un docteur d'être leur père biologique. 

Ce moment, ils l'attendaient depuis des mois. Un soulagement, puisque tous vont enfin savoir s'ils ont le même père. En effet, le tribunal de Rotterdam (Pays-Bas) vient de leur accorder la comparaison de leur ADN à celui de Jan Karbaat, un médecin décédé il y a deux ans et aujourd'hui soupçonné d'être le père biologique de 200 enfants. "Dans le cas présent, il s'agit uniquement de savoir si le docteur Karbaat a utilisé son propre sperme pour traiter des patientes", a déclaré la juge. 

200 frères et sœurs ? 

Le médecin exerçait dans une clinique de fertilité à Rotterdam. Il aurait lui-même donné son sperme sans le déclarer des dizaines de fois. Or, la loi néerlandaise limite à 25 le nombre d'inséminations pour un même donneur. Des accusations que le docteur avait toujours niées, tout en refusant que son ADN soit comparé. 200 enfants seraient ainsi nés par insémination artificielle. "Pour avoir notre propre identité, on doit savoir qui était notre père", conclut l'un des nombreux plaignants. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une fécondation in vitro pratiquée dans un centre médical de Magdebourg (Allemagne), le 17 janvier 2018.
Une fécondation in vitro pratiquée dans un centre médical de Magdebourg (Allemagne), le 17 janvier 2018. (KLAUS-DIETMAR GABBERT / DPA-ZENTRALBILD / AFP)