Cet article date de plus de six ans.

Paris s'implique pour la libération des lycéennes nigérianes

Une exposition "Bring back our girls" est inaugurée ce lundi à Paris, place de la République, en présence de la maire Anne Hidalgo et de Valérie Trierweiler.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Place de la République, à Paris © Radio France/ Claire Moutarde)

Pour ne pas les oublier... Place de la République, à Paris, 220 silhouettes sont apparues. 220, c'est le nombre de lycéennes nigérianes qui ont été enlevées par les islamistes de Boko Haram à la mi-avril. L'opération "Bring back our girls" (Ramenez nos filles) a déjà fait le tour du monde.

L'exposition a été formellement inaugurée ce lundi après-midi par Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Valérie Trierweiler, l'ex-compagne de François Hollande, particulièrement impliquée sur ce dossier. Elle restera en place pendant deux mois.

 

"Ces jeunes filles sont aujourd'hui un symbole, elles sont le symbole de l'oppression des femmes dans le monde. Elles ont été enlevées simplement parce qu'elles allaient à l'école. C'est contre cela que nous devons lutter" , a expliqué Valérie Trierweiler, qui a monté l'expo "en une semaine ", dit-elle.

Toute la région commence à être infectée par Boko Haram, constate Valérie Trierweiler, à l'origine de l'exposition place de la République
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Où en est-il, d'ailleurs, ce dossier ? Au point mort. Le président nigérian, Goodluck Jonathan, n'a rencontré les parents des lycéennes que la semaine dernière ; il est très critiqué pour son manque de réactivité, pour ne jamais s'être rendu à Chibok pour rencontrer quiconque.

 (Anne Hidalgo et Valérie Trierweiler, réunies pour les Nigérianes © Radio France/ Nathanaël Charbonnier)
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.