Cet article date de plus de dix ans.

Paris et Moscou ont signé un accord sur la vente de quatre porte-hélicoptères Mistral à la Russie

Deux de ces navires seront fabriqués majoritairement en France et deux en Russie.Le sénateur américain John McCain s'est dit fermement opposé mardi à la vente de quatre porte-hélicoptères français de type Mistral à la Russie
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Signature de l'accord franco-russe sur la vente de Mistral (25/01/11) (AFP/DAVID VINCENT)
Deux de ces navires seront fabriqués majoritairement en France et deux en Russie.

Le sénateur américain John McCain s'est dit fermement opposé mardi à la vente de quatre porte-hélicoptères français de type Mistral à la RussieSigné aux chantiers STX par le ministre de la Défense, Alain Juppé, et le vice-Premier ministre russe, Igor Setchine, l'accord intergouvernemental de "coopération" de mardi précise que "les gouvernements des deux pays s'accordent pour apporter leur plein soutien à la construction de deux BPC en France et de deux BPC en Russie", selon un communiqué conjoint franco-russe.

"Ce projet est le plus important parmi ceux jamais réalisés par la Russie et par un pays occidental dans ce domaine", poursuit le texte, affirmant qu'il garantira "de très nombreux emplois pour les entreprises russes et françaises" et ouvrira "de nouvelles perspectives de coopération" entre les deux pays.

En décembre, l'Elysée avait indiqué que la construction des deux bâtiments en France représentait "l'équivalent de 5 millions d'heures de travail ou 1.000 personnes pendant quatre ans, en majorité à Saint-Nazaire". Mardi, lors d'un discours devant les salariés du site de STX, le président Nicolas Sarkozy a évoqué 6 millions d'heures de travail et "1.200 emplois maintenus pour quatre ans".

Le Mistral

Le Mistral est un navire de guerre polyvalent pouvant transporter des hélicoptères comme des chars d'assaut ou accueillir un état-major embarqué.

La Marine française dispose de deux bâtiments de ce type appelés BPC (bâtiment de projection et de commandement), le Mistral et le Tonnerre.

Il s'agit des deux plus gros navires de guerre français, après le porte-avions Charles-de-Gaulle. Ils sont longs de 199m pour 32m de large et déplacent 21.600 tonnes.

Le pont du Mistral, d'une surface de 5.200 m2, permet le stationnement et l'envol simultanés de six hélicoptères. Grâce à un hangar sous le pont, desservi par des ascenseurs, seize hélicoptères peuvent être emportés.

Le navire peut recevoir quatre chalands de débarquement ou deux hydroglisseurs de l'US Navy et leurs hangars, 13 chars Leclerc et une centaine de véhicules. Leurs hôpitaux comptent 69 lits, 900 m2 de locaux sont à la disposition d'états-majors et 450 fantassins peuvent y loger.

Bâtiments de commandement et de projection, c'est-à-dire pouvant servir à faire débarquer des troupes sur un théâtre d'opérations, ils sont équipés de deux moteurs électriques alimentés par des moteurs diesel et orientables sur 360°, fabriqués par Rolls-Royce.

Conjugués avec un propulseur d'étrave, ils offrent une manoeuvrabilité exceptionnelle et permettent de se passer de gouvernail, en propulsant ces navires à une vitesse maximale de 19 noeuds. Dans un souci d'économies, la Marine nationale a également emprunté le pilote automatique et le système anti-incendies de ces bateaux aux technologies civiles, ce qui permet au navire d'être beaucoup moins coûteux que ses concurrents.

Le Mistral a été officiellement admis au service actif le 15 décembre 2006. Mais dès l'été 2006, il avait démontré ses capacités opérationnelles en évacuant sur Chypre quelque 4.700 civils de Beyrouth, pris au piège du conflit entre Israël et le Hezbollah libanais.

Mistral et Tonnerre ont été construits en deux parties. L'arrière, la plus militarisée, est l'oeuvre de DCNS, chantier naval militaire public. L'avant a été confié aux Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire, devenus STX.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.