Cet article date de plus de neuf ans.

Panneaux solaires : la Chine menace l'Europe d'une "guerre commerciale"

La Chine n'acceptera pas "sans réagir" les "droits punitifs" sur ses panneaux solaires que veut imposer Bruxelles. Cette mesure approuvée mercredi est destinée à protéger les industriels européens. Mais il faudra compter avec les représailles annoncées par Pékin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ces nouveaux droits de douanes, qui atteindront en moyenne 47% du prix des panneaux solaires,  entreront en vigueur une fois la décision de Bruxelles publiée au Journal officiel de l'UE.

Pékin a réagi par l'intermédiaire de l'agence officielle Chine Nouvelle et d'abord sur l'utilité de cette décision: "*La Commission européenne a approuvé la proposition d'imposer des droits
punitifs sur les importations de panneaux solaires chinois, convaincue
que  ce geste permettra de protéger les
intérêts économiques de l'Europe.
Mais la réalité pourrait être tout
autre". *

Et Chine Nouvelle de citer une étude de l'institut allemand Prognos qui selon elle estime que des droits anti-dumping de 60% "coûteraient à l'Europe 242.000 emplois et
27 milliards d'euros au cours des trois prochaines années
".

Avant de menacer Bruxelles de représailles : "L'idée que la Chine acceptera des droits anti-dumping sans réagir est irréaliste. La Chine ripostera à moins que les deux parties s'asseyent et ne trouvent un moyen d'éviter une guerre commerciale".

Des panneaux jusqu'à 45% moins cher

Selon les producteurs européens, les panneaux chinois
sont en conséquence jusqu'à 45% moins chers que ceux qui sont fabriqués dans l'UE. La décision de relever les tarifs douaniers a été prise après une vaste enquête sur des accusations de pratiques anticoncurrentielles lancée en septembre 2012.

La plainte avait été déposée par un groupe de producteurs allemands et italiens emmené par SolarWorld.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.