Israël soigne ses colonies

Alors que les discussions ont repris avec les Palestiniens à Washington, les Israéliens continuent d’aider leurs colonies dans les territoires palestiniens. Résultat, la population dans ces implantations augmente plus vite que dans le reste du pays.

Un manifestant cisjordanien brandit le drapeau palestinien devant la colonie d\'Halamish en 2010.
Un manifestant cisjordanien brandit le drapeau palestinien devant la colonie d'Halamish en 2010. (ABBAS MOMANI/AFP)
Le gouvernement israélien a augmenté de six le nombre de colonies juives présentes dans une liste de localités classées «priorité nationale», qui sont susceptibles de recevoir des aides publiques supplémentaires. Ce sont au total quelque 91 implantations situées en Cisjordanie qui figurent dans cette liste prioritaire, publiée le 4 août.
 
Selon le quotidien Haaretz, y figurent notamment des implantations situées en dehors des grands blocs de colonies dont Israël exige de garder le contrôle dans le cadre de tout accord de paix avec les Palestiniens. Les plans de paix envisagent des echanges de territoires pour permettre aux Israéliens de conserver ces «blocs».
 
«Ce chiffre est en augmentation par rapport à la précédente liste des localités prioritaires publiée en 2009 et comprend des colonies isolées en Cisjordanie, particulièrement préjudiciables à un futur accord de paix», a d’ailleurs dénoncé Paris.
 
Hausse de la population dans les colonies
Cette politique a des conséquences concrètes : la population des colonies israéliennes de Cisjordanie a augmenté de plus de 2% au premier semestre 2013, une croissance deux fois supérieure à celle enregistrée en Israël, ont indiqué mardi les médias en citant des statistiques officielles. Le nombre de colons a augmenté durant les six premiers mois de l'année de 7.700 pour atteindre 367.000 personnes, soit une augmentation de 2,1% alors que la croissance de la population sur le territoire israélien atteint 2% en rythme annuel, selon la radio militaire israélienne.
 
Le nombre d'habitants des «petites» colonies isolées en Cisjordanie, qui pourraient être démantelées dans le cadre d'un éventuel accord de paix avec les Palestiniens, a pour sa part augmenté de 2.400 durant le premier semestre pour atteindre 40.000 en hausse de 1,7%.
 
Yariv Oppenheimer, dirigeant de la Paix Maintenant, une ONG israélienne hostile à la colonisation, a accusé le gouvernement de favoriser l'installation d'Israéliens dans les implantations : «le gouvernement offre des  terrains gratuits et intègre la plupart des colonies dans les zones de  développement prioritaire, il ne faut pas s'étonner dans ces conditions que des  Israéliens s'installent dans des colonies». Une situation qui ne semble pas prête de s’arrêter puisque le ministre de l'Economie, Naftali Bennett, le dirigeant du Foyer Juif, un parti nationaliste, opposé à la création d'un Etat palestinien et qui prône la poursuite de la colonisation, a pour sa part affirmé que le gouvernement s'apprête «à lancer de nombreux appels d'offres dans les prochains  jours» pour la construction de logements notamment dans les quartiers de Jérusalem-Est annexée. 
 
En pleine négociations avec les Palestiniens, sous l’égide américaine, ces informations ne devraient pas aller dans le sens des «compromis raisonnables» souhaités par John Kerry, le secrétaire d’Etat américain. D’ailleurs le président américain joue la prudence sur cette reprise du dialogue après trois ans d’interruption qualifiant ces rencontres de «pas en avant prometteur, même s'il reste beaucoup de travail et des choix difficiles à accomplir».