"Auto-promotion", "Discours électoral", "Déconnecté" : les oppositions très critiques après les vœux d'Emmanuel Macron

Invités sur franceinfo vendredi 31 décembre, les principaux représentants des partis d'opposition fustigent un discours "électoraliste". Le président du groupe LREM à l'assemblée nationale salue, de son côté, "un message d'espoir". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les vœux d'Emmanuel Macron pour l'année 2022.  (CEDRIC MERAVILLES / MAXPPP)

"C’est un discours de campagne, c’est le discours d’un homme qui va être candidat", a réagi vendredi 31 décembre sur franceinfo le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière, après les vœux aux Français d’Emmanuel Macron. Des vœux que la porte-parole de la campagne de la candidate des Républicains, Agnès Evren, juge "sans surprise" et qui montrent que le président se sent "en réel danger face à Valérie Pécresse" pour 2022. 

"Dans ce discours présidentiel, il n’y a que de l’autopromotion", critique Alexis Corbière. Le fait que le président "attende le dernier moment" pour se présenter en tant que candidat "est problématique d’un point de vue démocratique parce qu’il utilise les moyens de l’Etat pour faire campagne", juge-t-il. 

"Monsieur Macron, déclarez-vous candidat !"

Alexis Corbières, député LFI

à franceinfo

Sandrine Rousseau, conseillère spéciale du candidat d’Europe Ecologie Les-Verts à l’élection présidentielle, affirme sur franceinfo que ces vœux étaient ceux d'un "candidat qui réaffirme son bilan et qui oublie systématiquement l’écologie". De son côté, la vice-présidente des Républicains, Agnès Evren, dit avoir vu "un président qui joue en défense", qui a "défendu son bilan", pour une raison évidente, selon elle, "on le sent en réel danger face à Valérie Pécresse". 

Invité de franceinfo, Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, a récusé ces accusations : "Il n'a pas fait un bilan de sa présidence mais plutôt un bilan sur notre action collective."

"Pas vacciné contre la déconnexion" 

L'ancien ministre de l'Intérieur a également salué "un président qui est fier des Français et fier de la France""J'ai entendu un président de la République qui n'est pas face aux Français, mais un président de la République qui est avec les Français", a-t-il ajouté. 

Le directeur de campagne du candidat du Parti Communiste à l’élection présidentielle, Ian Brossat, fustige pour sa part un président qui "a peut-être fait l’éloge du vaccin" mais qui "n’est pas vacciné contre la déconnexion". "Emmanuel Macron est visiblement content de lui. Il pense que la France va bien. Mais la réalité, c’est que les Français ne vont pas bien du tout”, s’agace-t-il sur franceinfo. 

"Un message d'espoir pour 2022"

Mais pour Christophe Castanerle président a "porté un message d'espoir pour 2022 et a fixé des objectifs", lors de ses vœux. "Il a enfin rappelé que la France, malgré ses difficultés, ressortait plus forte de cette crise sanitaire." Pour Sandrine Rousseau, Emmanuel Macron "prévoit l’avenir sans la crise climatique. Or, elle s’invitera dans notre avenir, quoi qu’il se passe aujourd’hui. Il est dans une forme de déni, et c’est grave, parce qu’il est président de la République."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nouvel An 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.