Cet article date de plus de douze ans.

Nicolas Sarkozy a proposé à Benjamin Netanyahu de participer à une conférence de paix organisée à Paris

Selon le quotidien israélien Haaretz, durant leur entretien mercredi dernier à l'Elysée, le président français a invité le Premier ministre israélien à relancer le processus de paix au Proche-Orient en rencontrant les présidents syrien et palestinien, Bachar al-Assad et Mahmoud Abbas.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy et Benjamin Netanyahu à l'Elysée le 11 novembre 2009 (AFP/ERIC FEFERBERG)
Selon le quotidien israélien Haaretz, durant leur entretien mercredi dernier à l'Elysée, le président français a invité le Premier ministre israélien à relancer le processus de paix au Proche-Orient en rencontrant les présidents syrien et palestinien, Bachar al-Assad et Mahmoud Abbas.
Cette conférence, qui serait organisée à Paris sous l'égide du chef de l'Etat français, précise Haaretz, réunirait aussi le roi de Jordanie, Abdallah II, le président égyptien Hosni Moubarak, le président libanais Michel Sleimane, ainsi que des représentants du Quartette (USA, UE, Russie, ONU).

Toujours selon Haaretz, M. Sarkozy a appelé jeudi au téléphone M. Abbas pour lui faire part de cette proposition, et en a également parlé avec M. Assad durant la visite de ce dernier vendredi à Paris.

Ni M. Netanyahu ni M. Abbas n'ont rejeté la proposition française, selon le Haaretz. Interrogé par l'AFP, un responsable gouvernemental israélien a déclaré, sous couvert de l'anonymat, qu'"Israël se félicite par avance de toute possibilité de rencontre entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les présidents syrien et palestinien".

MM. Sarkozy et Moubarak sont les co-présidents de l'Union pour la Méditerranée (UPM) qui vise à convertir l'espace méditerranéen en zone de paix par le biais de projets, en particulier sur l'environnement ou le transport.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.