Cet article date de plus d'onze ans.

New York: Bloomberg réélu maire de justesse

Le milliardaire Michael Bloomberg, 67 ans, a été réélu mardi maire de New York pour un 3e mandat de 4 ans
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Michael Bloomberg célèbre sa troisième victoire à New York (© AFP - Stan Honda)
Le milliardaire Michael Bloomberg, 67 ans, a été réélu mardi maire de New York pour un 3e mandat de 4 ansLe milliardaire Michael Bloomberg, 67 ans, a été réélu mardi maire de New York pour un 3e mandat de 4 ans

Le résultat est beaucoup plus serré que prévu: le sortant obtient 51 % des voix, contre 46 % à son rival démocrate Bill Thompson.

Il y a deux semaines, les sondages lui accordaient une avance de 18 points . Cette marge s'était rétrécie à 12 points lundi. La consultation a finalement peu motivé les électeurs.

Pour certains observateurs, son électorat s'était démobilisé au vu de l'avantage dont il semblait disposer à la veille du scrutin.

Considéré par le magazine Forbes comme l'homme le plus riche de New York, avec une fortune estimée à 16 milliards de dollars, Michael Bloomberg a établi un record de dépenses durant la campagne. Le fondateur de l'agence Bloomberg LP, géant mondial de l'information financière, a déboursé 13 dollars chaque fois que son adversaire en dépensait un, pour un budget total estimé à 110 à 140 millions de dollars contre 7 millions. Ces dépenses ont choqué un électorat qui n'avait toutefois pas de véritable opposant face à lui.

Le maire avait par ailleurs provoqué l'indignation de beaucoup
pour se présenter une troisième fois: il avait pratiquement forcé le Conseil municipal à modifier une limitation à deux mandats, pourtant auparavant approuvée par référendum.

Michael Bloomberg est considéré comme l'homme qui a fini de transformer Big Apple, mégalopole autrefois violente et chaotique, en une des villes les plus propres, sûres et efficaces des Etats-Unis.
Sous son administration, la ville a vu bondir le nombre de nouveaux immeubles de luxe. Le maire a rendu Times Square aux piétons, affiché les calories sur les menus des restaurants et interdit de fumer dans les établissements publics.

Dans l'East Village, quartier du sud-est de New York encore très violent il y a 15 ans, les électeurs étaient peu convaincus. "C'est Giuliani (Rudolph Giuliani, maire de 1994 à 2001) qui a tout nettoyé ici, Bloomberg s'est contenté de poursuivre le travail", estimait Vicente Berrezueta, 48 ans, un concierge originaire équatorienne, qui votait pour la deuxième fois.

"Bloomberg n'a pas fait grand-chose pour les pauvres et pour la classe moyenne, le prix des transports en commun a augmenté, les taxes ont augmenté, il a de l'argent et du pouvoir et il veut garder et l'argent et le pouvoir", concluait-il.

Durant la campagne, le premier magistrat de Big Apple s'était engagé à combattre plus avant la criminalité, réduire les émissions de gaz à effet de serre, étendre les transports en commun, développer le stationnement, améliorer les écoles, diversifier l'économie et rendre le logement - particulièrement cher - plus abordable. "En 2013, les New Yorkais travailleront dans l'économie la plus diversifiée du pays - moins dépendante que jamais de Wall Street et plus accueillante que jamais pour les petites entreprises", a-t-il dit le mois dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.