Navire prisonnier des glaces dans l'Antarctique : un brise-glace chinois bloqué à son tour

Incapable de rejoindre le bateau russe bloqué depuis le 24 décembre, il a été obligé de faire demi-tour.

Le navire russe \"MV Akademik Chokalsky\" est prisonnier des glaces de l\'Antarctique depuis mardi 24 décembre 2013. 
Le navire russe "MV Akademik Chokalsky" est prisonnier des glaces de l'Antarctique depuis mardi 24 décembre 2013.  (ANDREW PEACOCK / FOOTLOOSEFOTOGRAPHY.COM / AFP)

Même un brise-glace n'a pu venir à bout de l'épaisse couche de glace qui emprisonne depuis le 24 décembre le MV Akademik Shokalskiy. Un navire chinois qui devait porter secours à un navire scientifique russe bloqué par les glaces et le blizzard au large de l'Antarctique a lui-même été bloqué et a dû faire demi-tour, ont annoncé samedi 28 décembre les autorités maritimes australiennes.

Le Snow Dragon aurait dû rejoindre dans la soirée de vendredi le navire russe MV Akademik Shokalskiy, bloqué à une centaine de milles nautiques à l'est de la base française Dumont d'Urville avec 74 personnes à bord, des scientifiques et des touristes. Le brise-glace est parvenu à 6,5 milles nautiques du bâtiment russe mais n'a pu poursuivre sa route. "Le navire chinois a malheureusement rencontré de la glace épaisse qu'il n'est pas capable de briser", a indiqué l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA), qui coordonne les opérations de secours. 

"Il a ralenti jusqu'à une vitesse d'environ un demi nœud, et décidé de retourner à l'endroit où la mer commence et d'attendre l'arrivée d'un brise-glace australien. L'idée est maintenant que les deux navires s'approchent de nous en parallèle, en ouvrant une voie plus large", a déclaré à la BBC le journaliste scientifique Andrew Luck-Baker, à bord du navire russe.