Cet article date de plus de sept ans.

Navire prisonnier des glaces dans l'Antarctique : un brise-glace chinois bloqué à son tour

Incapable de rejoindre le bateau russe bloqué depuis le 24 décembre, il a été obligé de faire demi-tour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le navire russe "MV Akademik Chokalsky" est prisonnier des glaces de l'Antarctique depuis mardi 24 décembre 2013.  (ANDREW PEACOCK / FOOTLOOSEFOTOGRAPHY.COM / AFP)

Même un brise-glace n'a pu venir à bout de l'épaisse couche de glace qui emprisonne depuis le 24 décembre le MV Akademik Shokalskiy. Un navire chinois qui devait porter secours à un navire scientifique russe bloqué par les glaces et le blizzard au large de l'Antarctique a lui-même été bloqué et a dû faire demi-tour, ont annoncé samedi 28 décembre les autorités maritimes australiennes.

Le Snow Dragon aurait dû rejoindre dans la soirée de vendredi le navire russe MV Akademik Shokalskiy, bloqué à une centaine de milles nautiques à l'est de la base française Dumont d'Urville avec 74 personnes à bord, des scientifiques et des touristes. Le brise-glace est parvenu à 6,5 milles nautiques du bâtiment russe mais n'a pu poursuivre sa route. "Le navire chinois a malheureusement rencontré de la glace épaisse qu'il n'est pas capable de briser", a indiqué l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA), qui coordonne les opérations de secours. 

"Il a ralenti jusqu'à une vitesse d'environ un demi nœud, et décidé de retourner à l'endroit où la mer commence et d'attendre l'arrivée d'un brise-glace australien. L'idée est maintenant que les deux navires s'approchent de nous en parallèle, en ouvrant une voie plus large", a déclaré à la BBC le journaliste scientifique Andrew Luck-Baker, à bord du navire russe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.