Pétrole et Gaz : Assad et Erdogan de mèche avec Daech?

En accusant la Turquie d’avoir abattu le Soukhoï russe pour protéger la contrebande de pétrole avec Daech, Vladimir Poutine a dévoilé le trafic multiforme auquel se livre l’Organisation de l’Etat islamique pour remplir ses caisses. Y compris avec le régime de Bachar al-Assad, le protégé de Moscou. Pierre Terzian, directeur de la publication spécialisée «Pétrostratégies», explique le phénomène.

Pour Pierre Terzian, expert en questions pétrolières, «chacun pensait se servir de Daech contre ses ennemis».
Pour Pierre Terzian, expert en questions pétrolières, «chacun pensait se servir de Daech contre ses ennemis». (https://www.flickr.com/photos/besoindair/2806320876)

Concernant l’or noir de Daech, les derniers chiffres russes parlent de 2 milliards de dollars de bénéfice par an pour le budget de l’organisation. Quelle est la réalité?
Pour dire les choses de manière sensée, il faudrait parler en revenus journaliers ou mensuels. Il n’y a jamais eu de revenu annuel stable en raison de la variation des volumes et des prix.
 
Il faut distinguer trois grandes phases dans l’utilisation des revenus pétroliers par Daech :
 
La première, la phase haute, on peut même dire paroxystique, c’est au moment de la guerre éclair qui a mené les combattants aux portes du Kurdistan. Ils ont mis la main sur une vingtaine de gisements qui produisaient déjà. Beaucoup d’ingénieurs et de travailleurs dans le secteur sont restés sur place. Ils ont pu également faire main-basse sur 8 à 10.000 camions citernes énormes appartenant à des sociétés privées et datant de l’époque de Saddam Hussein.
Ils servaient déjà à une contrebande, au moment de l’accord «pétrole contre nourriture», officieuse avec la Jordanie, et jamais officialisée avec la Turquie.
 
Daech a ainsi hérité de tout un système en fonctionnement : gisements, employés, camions citernes, routes et destinataires.
A ce moment, la production était de 80 à 90.000 barils/jour et le prix du baril élevé, il se montait à 100 dollars. En le vendant à moitié prix, l’EI en tirait 4 millions de dollars par jour.
 
La seconde phase se situe à l’été 2015. Les gisements, petits et anciens, avaient besoin d’entretien et de rénovation. Des employés ont pris la fuite. Les volumes produits ont diminué de moitié, et les prix aussi. A 40 dollars le baril, vendu à moitié prix, Daech ne faisait plus que 800.000 dollars par jour.
 
La troisième phase commence début novembre 2015. Les bombardements américains et russes contre les installations pétrolières – gisements, stations de pompages et citernes – ont fait fuir les chauffeurs de camions et fait chuter la production évaluée désormais à 10.000 barils/jour. Le prix que Daech en tire n’a plus de sens, il sert aux seuls besoins de la guerre.
 
Peut-on en conclure que les bombardements de la coalition internationale servent à quelque chose?
Pour moi, la bonne question serait : pourquoi n’ont-ils pas bombardé jusqu’à maintenant ? C'est parce que, au mieux ça les arrangeait, au pire ça ne les dérangeait pas. Daech est né d’un concours de conneries. Chacun pensait pouvoir s’en servir contre ses ennemis : les Turcs contre les Kurdes et contre Bachar, Bachar pour dire qu’il y a pire que lui, les Américains contre Bachar et ainsi de suite.
 
Les Russes dénoncent aujourd’hui la collusion de la Turquie avec Daech à cause de l’avion abattu, les Américains et leurs alliés n’en parlent pas parce qu’ils ont besoin de la Turquie. Voilà des semaines que le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, essaye de convaincre Ankara de fermer sa frontière avec la Syrie, et la frontière est toujours ouverte.
 

La collusion entre Daech et la Turquie est avérée sur la question du pétrole?
Lorsque Daech est entré à Mossoul, en juin 2014, on a découvert 48 heures après que le consulat turc, son personnel et ses familles étaient toujours en place. Soixante douze chauffeurs de camion citerne connaissant les itinéraires de livraison du pétrole sont restés également. Ils n’avaient pas peur.

Autre preuve, le journal Cumhurriet a révélé il y a quelques mois que des douaniers avaient arrêté un convoi de munitions turques à destination de combattants en la Syrie. Un procureur a engagé un début de procès aux convoyeurs. Et on découvre qu’il s’agit d’agents des services de renseignements turcs. Résultat : le procureur, les douaniers et les deux journalistes sont aujourd’hui en prison.
 
Le pétrole de Deir ez-Zor en Syrie est-il important au point que Daech puisse en tirer profit?
De petites quantités de pétrole peuvent passer en contrebande pour des particuliers, mais le régime de Bachar al-Assad n’a pas besoin du pétrole de Daech. Il a des raffineries à Tartous et Banias et il reçoit du pétrole par bateau.
 
En revanche, il y a un accord entre Daech et Damas sur le gaz. Les gisements gaziers de la région de Deir ez-Zor permettent de faire fonctionner des centrales électriques. Daech laisse passer le gaz vers les centrales contrôlées par le régime et ce dernier fournit en retour Daech en courant électrique.