Cet article date de plus de cinq ans.

Les signes du recul de Daech en Irak

Lentement mais sûrement, l’étau se resserre sur les territoires de Daech en Irak. Mossoul, la grande ville du Nord, est clairement l’objectif commun des forces régulières irakiennes, des Kurdes et de la coalition. Les pertes des djihadistes se multiplient et, signe des temps, les islamistes ont exécuté des déserteurs à Mossoul.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Hajim Ahmed al-Aswad, un leader de Daech à Mossoul a été éliminé par une frappe aérienne de la coalition. (Copie d'écran du site ARA News)

Il y a eu d'abord la prise de Sinjar par les Kurdes en novembre 2015. Première défaite significative de Daech en Irak. Puis, dans la foulée, les forces régulières irakiennes reprenaient Ramadi dans le centre, à l'ouest de Bagdad.

Et les problèmes s'accumulent pour les djihadistes. Selon l’agence indépendante syrienne ARA News, Daech fait face désormais à des désertions dans ses rangs. Une dizaine de combattants ont été décapités pour avoir abandonné leur poste de combat. Le tribunal de la charia de Mossoul les a jugés coupables de haute trahison et la sentence a été exécutée en place publique, pour l’exemple, devant des centaines de djihadistes. Parmi les soldats exécutés, il y aurait des combattants occidentaux.
 
Ces exécutions pour désertion se multiplient dans les rangs des djihadistes. Mi-novembre 2015, 73 combattants avaient été passés par les armes pour avoir fui le combat contre les Peshmergas à Sinjar. Sinjar, ville symbole de la reconquête kurde, première défaite des combattants djihadistes.

Bombardements ciblés 
Autre préoccupation pour l’Etat islamique, les bombardements ciblés de la coalition. Des dizaines de cadres ont ainsi été éliminés. Le 15 janvier 2016, une frappe aérienne touchait un poste de commandement à Mossoul et tuait plus de 30 combattants. Le 18, Hajim Ahmed al-Aswad, le chef de Daech pour le quartier de Baaj à Mossoul, trouvait la mort avec huit autres commandants. Un bombardement américain touchait le bâtiment où se déroulait la réunion des cadres, ce qui laisse à penser que tout a été minutieusement programmé par les forces de la coalition.

Salaires en berne
Ultime information délivrée par le Parisien, Daech diviserait les salaires par deux, affirme l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Dans un communiqué, Daech prévient que «face aux circonstances exceptionnelles auxquelles fait face l'EI, il a été décidé de réduire de moitié les salaires des moujahidines». La mesure vaut pour la Syrie et l'Irak. Ainsi le salaire des combattants passe de 400 à 200 dollars. Celui des djihadistes étrangers reste quant à lui à 400 dollars. La distribution alimentaire reste assurée deux fois par mois affirme le texte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moyen Orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.