Jordanie: l'ancien prince héritier "assigné à résidence" pour des soupçons de complot

Selon le "Washington Post", le prince Hamza a été assigné à résidence après la découverte d'un "complot complexe et de grande envergure" contre le roi Abdallah II.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le prince Hamza et son épouse Basma Otoum, le 12 janvier 2012 lors de leur mariage. (YOUSEF ALLAN / PETRA / AFP)

Rififi en Jordanie. L'ancien prince héritier et demi-frère du roi Abdallah II de Jordanie a annoncé samedi 3 avril avoir été "assigné à résidence" dans son palais d'Amman, après avoir été accusé par l'armée d'activités contre "la sécurité du royaume". Dans une vidéo transmise à la BBC (en anglais) par son avocat, le prince Hamza a affirmé que le chef d'état-major de l'armée s'était rendu à son domicile et lui avait signifié qu'il n'était "pas autorisé à sortir". Il a nié avoir pris part à un complot et a accusé les autorités de son pays de "corruption" et d'"incompétence".

L'agence de presse officielle Petra avait indiqué plus tôt que les autorités avaient arrêté un ancien conseiller du roi, Bassem Awadallah, et un nombre indéterminé d'autres personnes pour "des raisons de sécurité", alors que le quotidien américain Washington Post (en anglais) faisait état d'un complot visant à renverser le roi. Dans un communiqué, le chef d'état-major jordanien, le général Youssef Huneiti, avait précisé que le prince Hamza avait été "appelé à arrêter des activités qui pourraient être utilisées pour porter atteinte à la stabilité et la sécurité du royaume", mais avait démenti son arrestation.

Dépouillé de son titre en 2004

Selon le Washington Post, le prince Hamza est visé par une enquête après "la découverte de ce que des responsables du palais ont décrit comme un complot complexe et de grande envergure" visant à renverser le roi Abdallah II. Ce complot "comprenait au moins un autre membre de la famille royale ainsi que des chefs tribaux et des membres de la direction de la sécurité du pays", a-t-il ajouté, citant un haut responsable d'un service de renseignement du Moyen-Orient.

Hamza est le fils aîné du roi Hussein et de son épouse américaine, la reine Noor, née Lisa Halaby. Conformément au souhait de son père, décédé en 1999, il avait été nommé prince héritier lorsque Abdallah était devenu roi. Mais en 2004, Abdallah l'avait dépouillé de son titre pour le donner à son fils aîné Hussein.

A la mi-journée dimanche, la reine Noor, sa mère et la veuve du roi Hussein, a dénoncé sur Twitter une "calomnie", et affirmé "prier pour que la vérité et la justice l'emportent pour toutes les victimes innocentes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.