Arabie Saoudite: en prison pour avoir réclamé l’égalité hommes-femmes

L’Arabie Saoudite ne semble toujours pas près d' accorder aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes. Ainsi, un militant saoudien a écopé d’un an de prison et de 8000 euros d’amende pour avoir réclamé l’abandon du système de tutelle des femmes par leur père ou époux.

Femmes en niqab à Ryad
Femmes en niqab à Ryad (Faisal Nasser/Reuters)

En théorie, la femme saoudienne peut tout faire comme un homme. Sauf qu'elles ne peuvent rien entreprendre sans l'accord du père, et plus tard du mari. L’autorisation du tuteur est nécessaire pour étudier, travailler et, bien sûr, voyager. La tradition interdit aussi à une femme de conduire. Si elle a passé son permis, ça ne peut être qu’à l’étranger. Et pour ne pas s’attirer les foudres des automobilistes, elle devra être accompagnée sur les routes du pays par son mari ou son père.
 
Bref, les Saoudiennes ne deviennent jamais adultes, et visiblement, cela n’est pas près de changer.

En prison
Un défenseur des droits des femmes va connaître la prison pour avoir milité pour l’abandon de la tutelle masculine. Il collait des affiches dans des mosquées et était très actif sur les réseaux sociaux. Selon le quotidien Okaz, cité par l’AFP, l’accusé a assuré qu’il voulait lancer une campagne de sensibilisation. Il a découvert que dans sa propre famille, les femmes étaient confrontées à cette injustice. Il n’est pas le seul à s’émouvoir de cette inégalité de traitement.
 
En septembre, des milliers de Saoudiens ont adressé une pétition au roi Salmane appelant à l'abolition du système de tutelle dans le royaume. Selon les activistes, même les femmes emprisonnées doivent trouver un tuteur à leur sortie de prison. Si aucun homme n’accepte de l’accueillir, la femme est contrainte de rester en prison.

Au début du mois de décembre, rapporte RT, une femme a été arrêtée dans la capitale Ryad. Elle portait une robe et une veste au lieu du traditionnel niqab.