Cet article date de plus de neuf ans.

Mort d'Hugo Chavez : les réactions dans le monde

Mardi 5 mars, à 16h25, heure vénézuélienne, le président Hugo Chavez est mort. Il avait 58 ans et luttait depuis deux ans contre un cancer. Paris salue un homme qui a "profondément marqué l'histoire de son pays". Les Etats-Unis, principale cible des provocations du défunt président, réagissent de façon "sobre".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (Kevin Lamarque Reuters)

Hugo Chavez, le président
vénézuélien est mort mardi
, des suites d'un cancer. Il avait passé 14 ans au
pouvoir.
Le gouvernement a décrété sept jours de deuil national. Les obsèques, des funérailles nationales, auront lieu vendredi. 

> PORTRAIT  Hugo Chavez, populaire pour les uns,
populiste pour les autres
 

Ses principaux alliés
latino-américains ont salué la mémoire de ce président qu'ils qualifient "d'homme
exceptionnel
"". La France a immédiatement réagi au décès de celui "qui
aura profondément marqué l'histoire de son pays
". Les Etats-Unis, cible
des provocations d'Hugo Chavez, ont quant à eux préféré rester sobres.

Réactions immédiates en France

A Paris, l'Elysée a réagi vers 0h30, par communiqué : "Le Président de la République [...] adresse ses condoléances les plus attristées au peuple vénézuélien après la mort de M. Hugo Rafael Chavez Frias [...] qui aura profondément marqué l'histoire de son pays. Le Président défunt exprimait au-delà de son tempérament et de ses orientations que tous ne partageaient pas une volonté indéniable de lutter pour la justice et le développement [...]" .

En France, via le réseau social Twitter, de nombreuses personnalités politiques ont pris leur clavier pour livrer leurs premiers sentiments. C'est évidemment le cas de l'un des principaux partisans de Chavez et de sa révolution bolivarienne, Jean-Luc Mélenchon, qui avait effectué plusieurs voyages au Venezuela.

Autre réaction, plus mesurée, celle de la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Autre socialiste à réagir avec peine, Pascal Cherki, maire du 14e arrondissement de Paris, député de Paris.

Les réactions, en France, à la mort de Chavez, montrent de façon plus générale une rupture nette, sur Twitter , entre les pro et anti. Les prises de position et excès du personnage ne prêtent pas à l'unanimité.

Barack Obama ne parle pas de Chavez et soutient "le peuple"

Le président américain a estimé qu'avec la mort d'Hugo Chavez, le Vénézuela "entame un nouveau chapitre de son histoire ". Caracas était un peu une "bête noire" de Washington, allant de provocations en provocations.
Barack Obama a espéré des "relations constructives" avec le futur gouvernement. "Au moment où le Venezuela entame un nouveau chapitre de son histoire, les Etats-Unis continuent à soutenir des politiques qui soutiennent les principes démocratiques, l'Etat de droit et le respect des droits de l'homme ".

Hugo Chavez est "en réalité un martyr" défenseur des "valeurs révolutionnaires" (Mahmoud Ahmadinejad)

Hugo Chavez était un des rares chef d'Etat proche du pouvoir iranien. Le président Mahmoud Ahmadinejad a assuré qu'Hugo Chavez est "en réalité un martyr pour avoir servi son peuple et protégé les valeurs humaines révolutionnaires ".

"C'était un homme hors du commun et fort qui regardait vers l'avenir" (Vladimir Poutine)

Le président russe a rendu hommage à Hugo Chavez mercredi matin. Vladimir Poutine salue la mémoire d'un "un homme hors du commun et fort, qui regardait vers l'avenir et qui était toujours extrêmement exigeant envers lui-même ".

"La perte est irréparable" pour l'Amérique Latine

Le Brésil, par la voix de sa présidente Dilma Rousseff ou encore l'Equateur, le Pérou et Haïti ont quasi-immédiatement salué la mémoire d'Hugo Chavez. Tout comme le Nicaragua et la Bolivie, fidèles alliés sud-américains, qui ont estimé que "les hommes exceptionnels et formidables comme Hugo Chavez ne meurent jamais ".

Le président bolivien Evo Morales s'est dit "anéanti par le décès du frère Hugo Chavez".

Cuba a décrété trois jours de deuil national en hommage à son principal allié politique et économique. "Chavez est aussi Cubain ! Il a senti dans sa chair nos difficultés et nos problèmes et a fait tout ce qu'il a pu, avec une extrême générosité (...) Il a accompagné Fidel (Castro) comme un véritable fils et son amitié avec Raul (Castro) est profond e", écrit le gouvernement cubaun dans un communiqué.

En Colombie, les relations, longtemps tendues, entre Caracas et Botoga, s'étaient améliorées depuis 2010. Hugo Chavez oeuvrait depuis pour l'ouverture de discussions de paix entre le gouvernement et la guérilla. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.