Mexique : les 43 étudiants disparus auraient été tués et brûlés

Au Mexique, des membres d'un groupe criminel ont avoué avoir tué plus de 40 des étudiants disparus fin septembre et avoir brûlé leurs cadavres. C'est ce qu'annonce le ministre mexicain de la Justice. Trois des suspects ont indiqué que les étudiants leurs avaient été livrés par des policiers.

(Manifestation, le 5 novembre à Mexico, en hommage aux étudiants disparus © Maxppp)
avatar
Emmanuelle SteelsRadio France

Mis à jour le
publié le

Les corps des 43 étudiants mexicains qui étaient disparus depuis le 26 septembre auraient été retrouvés à l’état de cendres. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement mexicain ce vendredi en présentant des témoignages vidéos de trois suspects du crime. Le parquet fédéral a confirmé que ces jeunes avaient été attaqué par la police de la ville d’Iguala, dans le sud du Mexique, qui les avait livré à un cartel local, chargé de les faire disparaître. Ces résultats n’ont pas apaisé les critiques envers le gouvernement d’Enrique Peña Nieto de la part des parents des jeunes disparus, qui réclament des preuves de la mort de leurs enfants.

 

Aucun détail macabre n’a été épargné hier lors de la diffusion par les autorités des témoignages, effarants, de ceux qui auraient fait disparaître les 43 étudiants. “Nous les avons attrapé par les pieds et les mains et nous les avons jeté dans la décharge” affirme un homme sur la vidéo, alors qu’il mime les gestes réalisés. Le ministre de la justice Jesus Murillo Karam décrit le bûcher organisé pour faire disparaître les corps. “Les suspects affirment avoir tué les étudiants avant de les jeter dans la décharge puis de brûler leurs corps. Ils se sont relayés pour alimenter le feu pendant plusieurs heures, en y jetant de l’essence, du diesel, des pneus, du bois et du plastique.”

Les cendres auraient été dissimulées dans des sacs et jetées dans une rivière. Les autorités estiment que l’identification des restes sera extrêmement ardue. Les parents des étudiants ont accueilli cette annonce avec scepticisme. “Nous allons continuer de les chercher vivants, tant que nous n’aurons pas de preuve de leur mort” , a déclaré cette mère.

Au Mexique, la société civile s’est rangée aux côtés des familles pour exiger de faire tomber tous ceux qui ont permis, parmi les policiers, militaires et responsables politiques, que cette barbarie se produise.

►►► A LIRE AUSSI |  Étudiants disparus au Mexique : le maire d'Iguala et son épouse arrêtés Le ministre mexicain de la Justice a affirmé que vu l'état de calcination des restes, l'identification des corps serait extrêmement ardue. "Il est dur de présenter ces images ", a-t-il dit. "Des faits pareils ne peuvent plus se reproduire ".  Tout au long de la semaine les étudiants mexicains ont accompagné les familles des victimes lors de manifestations massives pour réclamer au gouvernement des résultats dans l'enquête sur ces disparitions. Ceux-ci sont enfin tombés et ils confirment le pire.