Cet article date de plus de dix ans.

Menacé de mort au Liban, Saad Hariri est réfugié à Paris, selon Libération

Le quotidien affirme dans son édition de vendredi que Washington et Riyad ont conseillé à l'ex-Premier ministre libanais de ne pas retourner dans son pays.Le Quai d'Orsay a affirmé ne pas avoir d'informations sur cette question.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Saad Hariri à Beyrouth (mars 2011) (AFP)

Le quotidien affirme dans son édition de vendredi que Washington et Riyad ont conseillé à l'ex-Premier ministre libanais de ne pas retourner dans son pays.

Le Quai d'Orsay a affirmé ne pas avoir d'informations sur cette question.

La semaine dernière, "le régime syrien aurait tenté de tuer Saad Hariri", selon Libération. Les services secrets américains et saoudiens craignent que le régime syrien l'assassine pour provoquer un conflit entre sunnites et chiites au Liban et détourner ainsi l'attention de la Syrie, où la révolte est réprimée dans le sang, explique le quotidien.

Interrogé lors d'un point-presse pour savoir si Saad Hariri était désormais dans une situation de réfugié en France, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, a répondu: "M. Hariri vient très souvent en France. Il est là, il n'est pas là, sur ce point je n'ai pas d'informations particulières".

Saad Hariri, le fils de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, assassiné en 2005, est un des leaders de l'opposition au Liban. Il a été lui-même chef du gouvernement de septembre 2009 à janvier 2011. Le parti chiite Hezbollah vient de constituer un gouvernement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.