Cet article date de plus de huit ans.

Mali : un commando islamiste s'attaque à Gao

Des combats opposant soldats maliens et islamistes ont éclaté ce dimanche dans le centre de la ville de Gao, frappée également par deux attentats suicides en deux jours. La situation demeure instable dans la plus grande ville du Nord du Mali, récemment reprise par les militaires français et maliens aux groupes islamistes armés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Explosions, tirs à l'arme
automatique, tirs de kalachnikov : le centre de la ville de Gao a été le théâtre
ce dimanche de combats entre l'armée malienne et des islamistes. Ces derniers
ont pris pour cible l'ancienne poste de police de la ville avec des tirs de kalachnikov, auxquels les militaires maliens ont répliqué à l'arme lourde. 

Ces hommes seraient rentrés
dans Gao durant la nuit de samedi soir. Des habitants auraient aperçu des
pirogues accoster sur des berges de la ville. Un déploiement qui a échappé à l'armée
malienne alors en train de faire face, au Nord de la ville, à une tentative d'attentat
suicide. 

La France a dépêché ce dimanche
des soldats et des blindés en renfort. La cinquantaine de journalistes présents ont été évacués de la ville par l'état-major.

La ville de Gao est l'ancien fief du
Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest
(Mujao), un groupe
armé dissident d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui occupait depuis des
mois le Nord du pays. Le Mujao a revendiqué l'attaque ce dimanche. 

Un deuxième attentat suicide
en deux jours

Samedi soir, les soldats maliens
ont été la cible d'une nouvelle tentative d'attentat suicide, la deuxième en
deux jours à Gao. L'incident s'est produit à un barrage de sécurité à la sortie
nord de la ville. Exactement là où un homme circulant à moto s'était fait
exploser vendredi, blessant un soldat malien.

"Nos soldats ont été
pris sous le feu des islamistes depuis le pont. Au même moment, un autre les a
contournés et a sauté par dessus le mur. Il a pu actionner sa ceinture
d'explosifs", a raconté le capitaine Sidiki Diarra.

Aucun militaire malien n'a cependant été touché dans l'explosion, selon les soldats sur place.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.