Cet article date de plus de neuf ans.

Mali : les forces françaises ont pris le contrôle de Tessalit

Les forces françaises ont pris vendredi la localité de Tessalit, un des derniers bastions des groupes islamistes dans le nord-est du Mali, après une opération des forces spéciales, a indiqué l'état-major des armées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (IDÉ)

Un des derniers bastions des groupes islamistes dans le nord-est du Mali est tombé vendredi. Des soldats français et tchadiens ont pris le contrôle de l'aéroport et de la ville de Tessalit, située à une centaine de kilomètres de la frontière algérienne, a annoncé vendredi le ministère français de la Défense. 

 Cette prise de contrôle s'est effectuée au terme d'une opération aéro-terrestre menée dans la nuit de jeudi à vendredi mêlant parachutage de membres des forces spéciales, raids aériens et intervention de blindés. "Des éléments français des forces spéciales ont été parachutés sur l'aéroport de Tessalit afin de sécuriser la piste ", indique le ministre de la Défense, sur son site Internet.

En un mois, les bastions des jihadistes sont tombés, sans trop de résistance, les uns après les autres. Konna dès la mi-janvier, Gao, Tombouctou, Kidal, puis Tessalit. Cette dernière se trouve dans le massif des Ifoghas, vaste zone montagneuse qui renfermerait une grande partie des rebelles islamistes contre lesquels la France a lancé il y a un mois une opération aux côtés de l'armée malienne. C'est aussi dans cette région que pourraient être détenus sept Français pris en otage.

A lire aussi : Le Mali un mois après l'intervention française

Un attentat-suicide à Gao

Par ailleurs, un attentat-suicide a été commis vendredi matin à Gao par un kamikaze qui s'est fait exploser à un poste de
contrôle de l'armée malienne. Un soldat malien a été
légèrement blessé.

L'action a été revendiquée, auprès de l'AFP, par un groupe islamiste, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). "Nous revendiquons l'attentat
d'aujourd'hui contre les militaires maliens 
qui ont choisi le camp
des mécréants, des ennemis de l'islam
", a déclaré Abou Walid Sahraoui,
porte-parole du Mujao, menaçant de mener d'autres actions du même type.

Ce type d'attentat-suicide est le premier
jamais commis sur le territoire malien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.