L’Espagne termine l’année dans la rigueur

Le nouveau gouvernement espagnol vient d’adopter un plan de rigueur de 15.1 milliards d’euros. Hausse des impôts, coupes dans les budgets, régime sec pour les fonctionnaires, les efforts touchent tous les secteurs.

(Javier Soriano AFP)

Inutile d’imaginer faire des châteaux en Espagne en 2012, le
pays n’en a visiblement plus les moyens. Et la situation est tellement tendue
que cela pourrait être le premier plan d’une longue série. Il faut dire que
contrairement aux prévisions, l’Espagne termine l’année avec un déficit de 8%
au lieu de 6% comme il était prévu. Conséquence, le nouveau Premier ministre de
droite, Mariano Rajoy vient de faire adopter un plan de rigueur drastique. Il s’agit
de trouver pas moins de 15 milliards d’euros.

Les premiers à faire les frais de ce plan, ce sont les
fonctionnaires. Leurs salaires seront gelés l’année prochaine. Le
non-remplacement des départs à la retraite devient une règle, sauf exception
dans certains secteurs considérés comme "essentiels". A cela s’ajoutent, des coupes
importantes dans les budgets des ministères. Enfin, et contrairement à la
promesse qui avait été faite durant la campagne électorale, il y aura bien une
augmentation des impôts. Ces hausses des taxes devraient rapporter plus de 6 milliards d’euros
en 2012.

Bruxelles regrette le dérapage budgétaire de l’Espagne mais
salue le plan de rigueur

Ce nouveau tour de vis vient s’ajouter à la cure d’austérité
à laquelle sont soumis les Espagnols depuis deux ans. Il était indispensable à
en croire le Premier ministre espagnol, mais aussi à en croire la Commission
européenne. Cette dernière a regretté le dérapage budgétaire espagnol qui est
plus important que celui qui avait été annoncé. Toutefois, Bruxelles salue l’adoption de ce plan de rigueur en jugeant quand même qu’il devra être
complété par d’autres mesures.

Dans le viseur notamment, le chômage dont le
taux en Espagne est le double de la moyenne européenne. Un projet de réforme sur le sujet est
actuellement étudié par les différents partenaires sociaux espagnols.