Cet article date de plus d'onze ans.

Les vols américains de secours en Haïti ont été suspendus jeudi suite à l'engorgement de l'aéroport de Port-au-Prince

La direction de l'aviation fédérale (FAA) a interdit tout décollage vers Haïti au départ de l'espace aérien américain pour éviter que des avions tombent à court de kérosène.A un moment donné, onze avions effectuaient des cercles dans le ciel de Haïti, faute de pouvoir atterrir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 6 min.
Un avion d'aide humanitaire sur l'aéroport de Port-au-Prince le 14 janvier 2010 (France 2)

La direction de l'aviation fédérale (FAA) a interdit tout décollage vers Haïti au départ de l'espace aérien américain pour éviter que des avions tombent à court de kérosène.

A un moment donné, onze avions effectuaient des cercles dans le ciel de Haïti, faute de pouvoir atterrir.

Les vols militaires apportant des groupes électrogènes, du matériel de purification de l'eau et des médicaments ont la priorité pour atterrir.

200 pompiers et militaires français sont arrivés jeudi en Haïti pour participer aux secours.

Le président américain Barack Obama a annoncé ce même jour une aide immédiate de 100 millions de dollars pour Haïti. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) doit envoyer de son côté 40 tonnes de médicaments et kits médicaux en Haïti.

Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a annoncé pour sa part que son institution allait apporter "très rapidement" une aide de 100 millions de dollars à Haïti.

Le Groupe des 20 plus grands pays industrialisés et émergents de la planète a affirmé pour son compte son "engagement" à fournir une aide économique et matérielle à Haïti, dans une déclaration publiée par le gouvernement canadien, qui accueillera cet été un sommet du G20.

Quant aux ministres de l'aide au développement des 27 pays de l'Union européenne, ils vont se réunir lundi pour examiner les moyens d'aider Haïti.

L'aide et les besoins
Un avion d'Icelandair a atterri mercredi soir à Port-au-Prince, chargé de vivres, notamment d'eau, ainsi qu'un avion cargo militaire canadien, deux avions cargo des garde-côtes et un avion cargo militaire américains.

Trente-six heures après le tremblement de terre, les habitants de Port-au-Prince manquent de tout. Une mobilisation majeure s'organise pour secourir Haïti, l'un des pays les plus pauvres de la planète, frappé mardi par un violent séisme, et qui a lancé un appel à l'aide internationale. Le séisme a détruit des infrastructures notamment électriques, privant la capitale Port-au-Prince et ses près de 2 millions d'habitants de courant.

Côté américain, un bâtiment des garde-côtes des Etats-Unis est arrivé, suivi par un second bateau. Un porte-avions nucléaire américain devait être jeudi en vue d'Haïti et Washington devait aussi y envoyer un navire-hôpital.

Le président américain Barack Obama avait promis mercredi "une aide indéfectible" à Haïti. Dans une déclaration, il a annoncé avoir ordonné à l'administration américaine de fournir une aide rapide et concertée pour sauver des vies sur l'île caraïbe.

L'appel de Bill Clinton
L'ancien président américain et envoyé spécial de l'ONU pour Haïti Bill Clinton a lancé mercredi un appel aux contributions financières, "même un ou deux dollars", pour parer aux urgences.

"Beaucoup de gens ici et dans le monde veulent venir en aide à la population haïtienne. Nous avons besoin d'eau, de nourriture, d'abris et de premiers secours, le plus urgent que vous puissiez faire est envoyer de l'argent, même un ou deux dollars", a lancé Bill Clinton, qui intervenait avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies à New York. "Vous avez un site, www.clintonfoundation.org/haitianearthquake, qui vous permet d'envoyer rapidement de l'argent", a précisé l'ancien président démocrate.

Les premières aides
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) devait envoyer jeudi 40 tonnes de médicaments et kits médicaux à Haïti pour secourir les milliers de personnes blessées. Les 40 tonnes, prêtes à partir par avion cargo, contiennent notamment des "kits spécialisés pour soigner les blessés lors de conflit ainsi que des kits de base permettant de couvrir les soins médicaux de 10.000 personnes pendant trois mois", a précisé un porte-parole.

L'industrie pharmaceutique française a annoncé jeudi avoir fait don de 56.000 traitements d'urgence aux équipes de secours se rendant en Haïti.

Les Etats-Unis avaient, dès mardi soir, annoncé le déploiement d'une équipe de l'agence d'aide au développement USAID de 72 sauveteurs et de 6 chiens formés à rechercher les personnes ensevelies. Ils doivent acheminer 48 tonnes d'équipement.

Caritas a indiqué envoyer de toute urgence des secours en Haïti où elle entretient plus de 200 hôpitaux et centres médicaux.

Médecins sans frontières, qui compte des blessés parmi ses membres, va envoyer des renforts pour faire face à l'afflux de victimes. Les Pays-Bas et l'Allemagne ont débloqué respectivement deux et un million et demi d'euros d'aide humanitaire.

Un hôpital gonflable que l'organisation va acheminer sur place pourrait être opérationnel ce week-end. Un premier avion transportant 25 tonnes de matériel, dont deux blocs opératoires et du matériel de réanimation et d'anesthésie, ainsi que six personnes dont deux anesthésistes et une infirmière, devait décoller dans la nuit de jeudi à vendredi. Un second avion doit décoller dans la journée de vendredi.

Télécoms sans frontières a envoyé de Managua, au Nicaragua, une équipe de techniciens pour tenter de rétablir les télécommunications.

La Grande-Bretagne a annoncé l'envoi d'experts et la protection civile italienne d'une équipe de secours.

L'Onu, endeuillée par le séisme qui a détruit le quartier général de sa Mission de stabilisation en Haïti (Minustah), a elle aussi annoncé une mobilisation majeure des secours. Le secrétaire général Ban Ki-moon devait s'y rendre "dès que possible".

La protection civile impuissante
"La protection civile est totalement impuissante, il n'y a aucune ambulance qui circule, la police nationale, on ne la voit pas dans les rues", a déclaré Alain Sauval, l'un des responsables de l'ambassade de France. Selon l'agence Reuters, Rachmani Domersant, membre de l'organisation humanitaire Food for the Poor, a vu "des milliers de gens dans les rues, qui ne savent où aller". Les télécommunications ne peuvent se faire que par téléphone satellitaire et les routes sont obstruées par les gravats.

Washington a ordonné aux membres non essentiels du personnel de l'ambassade des Etats-Unis, ainsi qu'à leurs familles, soit environ 80 personnes, de quitter Haïti.

Mobilisation internationale: aides financières

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a lancé un appel de fond préliminaire de 10 millions de dollars (6,8 millions d'euros) pour venir en aide aux sinistrés du séisme qui a dévasté Haïti. "Les fonds recueillis par l'appel permettront de mener des activités vitales pour les sinistrés, en particulier dans les domaines de l'hébergement temporaire, de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement, des soins médicaux et du soutien psychologique", a précisé le coordinateur des opérations de la Fédération internationale à Panama, Mauricio Bustamante.

Le Programme alimentaire mondial (PAM), qui dispose de plus de 200 personnes en Haïti, a annoncé dépêcher sur place deux avions d'aide alimentaire d'urgence.

Le Fonds monétaire international (FMI) se tient prêt à aider Haïti après le séisme qui a frappé le pays, a déclaré mercredi son directeur général, Dominique Strauss-Kahn. "Je suis certain que la communauté internationale va se mobiliser rapidement pour soutenir ce pays. Le FMI se tient prêt à jouer son rôle avec le soutien approprié dans nos domaines de compétence."

La Banque mondiale s'est engagée au déblocage de 100 millions de dollars supplémentaires pour Haïti.

La Commission européenne a annoncé débloquer 3 millions d'euros d'aide d'urgence. C'est "un premier geste", a précisé sa porte-parole. L'UE a également activé son système de gestion de crise.

Le Japon a promis d'offrir 5 millions de dollars (3,5 millions d'euros) d'aide à Haïti.

Les Pays-Bas et l'Allemagne ont débloqué respectivement deux et un million et demi d'euros d'aide humanitaire, le Danemark 1,34 million d'euros.

Le Canada "saura répondre" à l'urgence, a promis la gouverneure générale du pays, Michaëlle Jean, d'origine haïtienne. Les pays d'Amérique latine et des îles voisines ont aussi proposé leur aide.

Le Brésil a proposé son aide. Le séisme a fait au moins 11 morts parmi les 1.266 militaires brésiliens de la Mission de l'ONU.

La Banque interaméricaine de développement (BID) a débloqué une aide d'urgence de 200.000 dollars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.