Cet article date de plus de dix ans.

Les trois coopérants européens enlevés le 23 octobre dernier sont en vie et sont détenus par Aqmi.

Deux Espagnoles et une Italienne, enlevés le 23 octobre dernier dans l'ouest de l'Algérie sont en vie, aux mains d' Al-Qaïda au Mghreb islamique (Aqmi).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un islamiste d'Al-Qaida. (ABDURASHID ABDULLE / AFP)

Deux Espagnoles et une Italienne, enlevés le 23 octobre dernier dans l'ouest de l'Algérie sont en vie, aux mains d' Al-Qaïda au Mghreb islamique (Aqmi).

"Les trois otages européens sont en vie. C'est l'un des ravisseurs, membre d'Aqmi qui nous a communiqué l'information", a affirmé un médiateur basé dans un pays d'Afrique de l'Ouest. "Ils (Aqmi) ont dit qu'ils vont communiquer plus tard leurs revendications. Mais pour le moment, les otages sont bien en vie", a ajouté la même source qui a donné des détails sur l'enlèvement des otages.

Dimanche, un officiel malien a souhaité "encore une fois vigoureusement démentir" la présence des otages dans le désert de son pays. "Quand nous entendons un prétendu responsable d'un prétendu Polisario affirmer que les ravisseurs venaient du Mali et qu'il sont retournés au Mali, nous démentons vigoureusement ", a affirmé cette source.

La branche maghrébine d'Al-Qaïda, qui n'a pas, jusqu'à présent, officiellement revendiqué ces enlèvements, retient en otage depuis le 15 septembre 2010 quatre ressortissants français enlevés à Arlit, dans le nord du Niger, sur un site d'extraction d'uranium du groupe français Areva.

L'enlèvement de trois Européens membres d'une ONG dans les camps de réfugiés sahraouis d'Algérie est un "acte terroriste" contre le Front Polisario qui "continue de souffrir du terrorisme de l'Etat marocain", a affirmé samedi à Alger son président Mohamed Abdelaziz. M. Abdelaziz a condamné à nouveau de la manière "la plus forte" cet "acte terroriste lâche", à l'ouverture d'une 2e conférence internationale sur "Le droit des peuples à la résistance : cas du peuple sahraoui".

La République arabe sahraouie démocratique (RASD), membre de la Convention de lutte contre le terrorisme de l'Union africaine, "ne ménagera aucun effort pour libérer les otages dans les plus brefs délais", a-t-il assuré, cité par l'agence algérienne APS.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.