Cet article date de plus de douze ans.

Les talibans ont utilisé mercredi des civils comme boucliers humains pour contrer l'offensive sur Marjah

Cette tactique à pour but à la fois de se protéger et ralentir la progression des forces internationales et afghanesL'opération Mushtarak a été lancée dans la nuit de vendredi à samedi par quelque 15.000 soldats afghans et des forces internationales (étasuniennes et britanniques) dont 4.400 militaires afghans.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Militaires américains près de Marjah, dans le sud de l'Afganistan le 13 février 2010 (AFP PHOTO - PATRICK BAZ)

Cette tactique à pour but à la fois de se protéger et ralentir la progression des forces internationales et afghanes

L'opération Mushtarak a été lancée dans la nuit de vendredi à samedi par quelque 15.000 soldats afghans et des forces internationales (étasuniennes et britanniques) dont 4.400 militaires afghans.

"Ils (les talibans) ont pris des civils en otages. Ils placent femmes et enfants sur les toits des maisons et tirent", protégés par les civils, a déclaré le général Mohaidin Ghori, commandant des forces afghanes dans l'opération Mushtarak.

Cette tactique, combinée à la pose de bombes artisanales, "a ralenti l'avancée de nos troupes", a déploré le général Ghori.

A Washington, le président américain Barack Obama devait réunir son cabinet de guerre pour évaluer l'impact de la première offensive majeure des forces de l'Otan depuis l'envoi de renforts dans le cadre de la nouvelle stratégie américaine de contre-insurrection.

"L'opération Mushtarak est en bonne voie. Les talibans sont tactiquement capables, opposent de la résistance et sont rusés", a déclaré le commandement des forces internationales dans un communiqué.

L'OTAN s'était dite satisfaite dimanche, au 2e jour de l'offensive contre les insurgés dans le sud du pays. La région de Marjah et ses environs sont presque entièrement sous contrôle des troupes alliées, a assuré lundi, un commandant de l'armée afghane.

C'est la plus importante opération militaire depuis l'arrivée de Barack Obama à la Maison blanche en janvier 2009 et la plus importante en termes d'effectifs engagés en huit ans de guerre contre les talibans, selon certains militaires de l'Otan

Son objectif était d'abord de reprendre aux talibans la localité de Marjah et le district de Nad Ali dans lequel elle est nichée, en plein coeur de la province de Helmand, un fief des insurgés islamistes et grenier à pavot de l'Afghanistan. Puis, une fois les talibans partis, la seconde phase de l'opération doit permettre de restaurer l'autorité du gouvernement de Kaboul dans cette zone, selon l'Otan et les autorités afghanes.

Une guerre qui s'intensifie
L'insurrection a considérablement gagné en intensité ces deux dernières années et s'est étendue à la quasi-totalité du pays, les talibans multipliant les attaques audacieuses jusqu'au coeur même de Kaboul. Depuis le début 2010, 72 soldats étrangers ont été tués selon le site spécialisé icasualities.org. L'année 2009 avait déjà été de très loin la plus meurtrière en huit ans de guerre, avec 520 morts.

Les Etats-Unis ont annoncé en décembre envoyer en renfort 30.000 militaires américains supplémentaires pour inverser le cours de la guerre au moment où l'insurrection talibane s'intensifie et gagne du terrain

Une décision approuvée par l'ancien vice-président américain Dick Cheney, habituellement un des plus farouches détracteurs de Barack Obama, qui a déclaré qu'il soutenait "complètement" la politique du président des Etats-Unis en Afghanistan.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.