Cet article date de plus d'onze ans.

Les Palestiniens refusent un gel de la colonisation qui "n'inclut pas Jérusalem" a déclaré Mahmoud Abbas dimanche

Le président de l'Autorité palestinienne était en déplacement au Caire pour rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak.Il a déclaré aux journalistes qu'il n'accepterait pas d'offre pour une reprise des négociations si le gel de la colonisation n'est pas global, c'est-à-dire s'il "n'inclut pas Jérusalem".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mahmoud Abbas (gauche) et Hosni Moubarak au Caire en Septembre 2010 (AFP Khaled Desouki)

Le président de l'Autorité palestinienne était en déplacement au Caire pour rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak.

Il a déclaré aux journalistes qu'il n'accepterait pas d'offre pour une reprise des négociations si le gel de la colonisation n'est pas global, c'est-à-dire s'il "n'inclut pas Jérusalem".

Israël doit "mettre fin à la colonisation sur tous les territoires palestiniens", a-t-il ajouté.

Les Palestiniens, qui exigent un nouveau gel de la colonisation juive en Cisjordanie avant de reprendre les discussions, attendent une réponse sur les résultats des efforts des Etats-Unis en vue d'obtenir un moratoire israélien.

Lors d'un entretien le 11 novembre avec la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait accepté d'envisager un nouveau moratoire de 90 jours sur les constructions dans les colonies juives de Cisjordanie, contre une généreuse enveloppe de mesures de soutien sécuritaires et diplomatiques.

Ces mesures, prévoyant la livraison par Washington de 20 avions de combat supplémentaires à Israël, sont destinées à préserver les négociations de paix directes israélo-palestiniennes, relancées début septembre mais interrompues trois semaines plus tard à l'expiration d'un moratoire de dix mois sur la colonisation juive en Cisjordanie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.