Cet article date de plus de neuf ans.

Les islamistes entament une guérilla dans le nord-Mali

L'armée renforce les patrouilles et les contrôles à Gao après l'arrestation de deux jeunes portant des ceintures d'explosifs. Plus tôt cette semaine, le groupe armé Mujao menaçait de créer une "nouvelle zone de conflit" avec des attaques de convois et des attaques kamikazes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

Les deux adolescents montés sur leurs ânes se dirigeaient
vers la ville de Gao samedi matin quand ils ont été interceptés par les
militaires maliens à une vingtaine de kilomètres de la ville du nord-Mali. D'après
l'armée, ils portaient des ceintures bourrées d'explosifs.

C'est la deuxième fois que les islamistes tentent de déstabiliser
la région par l'intermédiaire de kamikazes. Vendredi, un homme à moto s'est
fait explosé près de militaires maliens basés à Gao, blessant légèrement l'un
d'entre eux. Un attentat revendiqué par le Mujao, le mouvement pour l'unicité
et le jihad en Afrique de l'Ouest. 

"Une nouvelle zone de conflit"

Si les soldats français et maliens n'ont pas rencontré
beaucoup de résistance lors de leur intervention, les groupes islamistes
pourraient bien refaire surface derrière la ligne de front. Cette semaine, le
Mujao a dit vouloir créer "une nouvelle zone de conflit ", promettant
d'attaquer des convois, de poser des mines et "d'organiser des kamikazes ".
Mercredi dernier, quatre civils maliens sont morts dans l'explosion d'une mine
au passage de leur voiture entre Douentza (centre) et Gao.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.