Cet article date de plus de neuf ans.

Les États-Unis premier producteur de pétrole en 2020

L'Agence internationale de l'énergie voit les Etats-Unis devenir le premier producteur de pétrole au monde en 2020. Selon l'AIE, le pays pourrait dans la foulée accéder à l'autosuffisance énergétique. Comme chaque année, l'organisation publie sa grande étude annuelle sur le pétrole.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Jessica Rinaldi Reuters)

Dans une dizaine d'années, les États-Unis devraient accéder
au Graal de l'indépendance énergétique. Selon le rapport annuel publié par
l'Agence internationale de l'énergie (AIE), "vers 2020 les Etats-Unis deviendront
le premier producteur mondial de pétrole (et dépasseront l'Arabie saoudite
jusqu'au milieu de la décennie 2020".

Pour l'organisation, basée à Paris et qui défend les
intérêts des pays consommateurs, les États-Unis pourront atteindre cet objectif
grâce à l'essor de la production des hydrocarbures non conventionnels, c'est-à-dire
du pétrole et du gaz de schiste. Le développement de technologies – comme la
fracturation hydraulique interdite en France
– "transforme à un rythme
soutenu le rôle de l'Amérique du Nord" sur l'échiquier énergétique
mondial, explique l'AIE.

Par
ailleurs, les États-Unis sont engagés dans un processus de diminution de la
consommation des véhicules. Cette augmentation de la production, couplée à une
baisse de la consommation, "fera chuter progressivement les importations pétrolières du
pays, jusqu'à ce que l'Amérique du Nord devienne un exportateur net de brut,
aux alentours de 2030", prédit l'AIE.

Hausse du prix du baril

Selon
le rapport de l'Agence, la demande pétrolière mondiale va par ailleurs
continuer à augmenter. Tout comme les prix. L'AIE table sur un prix moyen du
baril brut autour de 125 dollars en 2035. Actuellement, le prix du baril
s'élève à environ 107 dollars.

"La croissance de
la consommation de pétrole dans les pays émergents, particulièrement celle liée
aux transports en Chine, en Inde et au Moyen-Orient, va plus que compenser la
réduction de la demande dans l'OCDE, faisant monter nettement l'usage du pétrole",
explique l'AIE.

Enfin, l'Agence
internationale de l'énergie continue de s'inquiéter du réchauffement
climatique. Selon elle, "l'objectif de limiter le réchauffement de la
planète à deux degrés devient plus difficile et coûteux à atteindre année après
année".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.