Cet article date de plus d'onze ans.

Les Etats-Unis affichent leur fermeté face aux attaques anti-américaines

Washington multiplie les annonces et les déclarations pour tenter de faire tomber la pression après les violences anti-américaines qui ont embrasé ce vendredi le monde arabo-musulman. Barack Obama a vivement réagi alors qu'il rendait hommage aux quatre Américains tués cette semaine en Libye. Le département d'Etat a annoncé un renforcement des mesures de sécurité autour de ses représentations diplomatiques. En parallèle, la secrétaire d'Etat Hilary Clinton a dénoncé la vidéo anti-islam qui a mis le feu aux poudres.
Article rédigé par Antoine Krempf
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Jason Reed Reuters)

" Les Etats-Unis tiendront bon "  . C'est le message de
fermeté délivré ce vendredi par le président américain. Barack Obama rendait ce
vendredi hommage aux quatre Américains tués mardi soir en Libye alors que les
attaques contre les ambassades et les représentations diplomatiques du pays se
sont multipliées
ce vendredi.

 

"Nous continuerons à faire tout notre possible pour
protéger les Américains servant à l'étranger, que cela signifie renforcer la
sécurité dans nos bâtiments diplomatiques, travailler avec les pays hôtes ou affirmer clairement que la
justice s'occupera de ceux qui nuisent aux Américains"
(Barack Obama)

 

Conséquence directe de cette déclaration. Le département d'Etat
a annoncé le renforcement des mesures de sécurité autour des missions
diplomatiques américaines. Une équipe de 50 Marines américains a été dépêchée au Yémen "par mesure de précaution"

Prendre position contre la violence

Sur le plan diplomatique, Barack Obama a demandé au Premier
ministre turc Recep Tayyip Erdogan "de prendre position contre la
violence"
. En Tunisie, le président Moncef Marzouki s'est empressé de
dénoncer des actes "totalement inacceptables et condamnables" .

Haro sur la vidéo

Enfin, toujours pour tenter de dégonfler la colère liée au
film anti-islam produit aux Etats-Unis, la secrétaire d'Etat américaine Hillary
Clinton a assuré que le gouvernement américain n'avait "absolument rien à
voir"
avec cette"vidéo écœurante et condamnable" . Washington a d'ailleurs demandé à Youtube d'étudier ce film pour voir s'il ne viole pas les conditions d'utilisation du site.

Malgré tout, Hillary Clinton a prédit des "jours à venir plus difficiles" , mais "il
est important que nous ne perdions pas de vue un fait fondamental : l'Amérique
doit continuer à montrer la voie au monde"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.