Les dirigeants de cinq grandes banques limogés

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a annoncé vendredi le limogeage des dirigeants de cinq grandes banques du pays

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a annoncé vendredi le limogeage des dirigeants de cinq grandes banques du paysLa Banque centrale du Nigeria (CBN) a annoncé vendredi le limogeage des dirigeants de cinq grandes banques du pays

Une mesure prise en raison de leur mauvaise gestion et de milliards de dollars de dettes.

"Je démets de leurs fonctions les directeurs généraux et directeurs exécutifs des banques suivantes": l'Afribank plc, l'Intercontinental Bank plc, l'Union Bank plc, l'Oceanic Bank plc et la FinBank plc, a déclaré le gouverneur de la CBN, Sanusi Lamido Sanusi.

Il s'est dit "convaincu que les cinq institutions sont dans une situation grave et qu'elles ont été gérées au détriment de l'intérêt des déposants et des créanciers".

Il a estimé que "le total des prêts improductifs s'élève à 1.143 milliards de naira (7,4 milliards de dollars, 5,2 milliards d'euros)".

Ces cinq banques sont trop dépendantes des prêts de la banque centrale, a-t-il également souligné, en rappelant celle-ci avait dû les soutenir financièrement en octobre suite à un manque de liquidités en leur accordant une "fenêtre d'escompte élargie".

Quand Sanusi Lamido Sanusi est arrivé à la tête de la CBN, le 4 juin, "le montant total des impayés pour cet escompte était de 257,57 milliards de naira (1,64 milliard de dollars, 1,15 milliard d'euros), dûs en grande majorité par ces cinq banques", qui fin juillet devaient encore 127,85 milliards de naira à la CBN, soit 89,8% du prêt total.

Quatre de ces banques "n'étaient visiblement pas en état de rembourser leur dette", la cinquième a été pour sa part "un emprunteur récurrent", a-t-il précisé.

Le gouverneur de la CBN a annoncé qu'il nommerait de nouveaux directeurs généraux et renflouerait encore de 400 milliards de naira (2,55 milliards de dollars, 1,8 milliard d'euros les cinq banques concernées.

Le secteur bancaire nigérian a été complètement réorganisé il y a cinq ans, réduit à 25 banques solides contre plus de 90 auparavant, en raison de fusions et d'une recapitalisation des banques imposées par la banque centrale.