Cet article date de plus de douze ans.

Les corps de deux otages britanniques identifiés

Les corps remis en Irak aux autorités britanniques sont ceux de deux otages britanniques enlevés en mai 2007 à Bagdad
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les corps remis en Irak aux autorités britanniques sont ceux de deux otages britanniques enlevés en mai 2007 à BagdadLes corps remis en Irak aux autorités britanniques sont ceux de deux otages britanniques enlevés en mai 2007 à Bagdad

Les corps ont été identifiés comme étant "très probablement" ceux de deux otages britanniques enlevés en mai 2007, a annoncé dimanche le ministère britannique des Affaires étrangères.

Ce sont sont très probablement ceux" de Jason Creswell, 39 ans, de Glasgow (Ecosse), et de Jason Swindlehurst, 38 ans, de Skelmersdale, a indiqué le Foreign Office.

Les cinq otages, Peter Moore, un consultant, et ses quatre gardes du corps britanniques, avaient été enlevés par 40 hommes portant des uniformes de police, au ministère des Finances à Bagdad, le 29 mai 2007. Seul le nom complet de Peter Moore avait jusqu'ici été rendu public.

"Nos pensées immédiates vont vers les familles des cinq Britanniques pris en otages à Bagdad en mai 2007", avait déclaré dès samedi le secrétaire au Foreign Office David Miliband.

L'enlèvement des otages avait été revendiqué par l'organisation radicale chiite Assaëb al-Haq (les Ligues du Droit), qui a été intégrée dans la liste des mouvements avec qui Bagdad est prêt à dialoguer dans le cadre du processus de "réconciliation nationale" lancé en 2006. Depuis leur enlèvement, plusieurs vidéos des otages ont circulé, dont une diffusée en mars sur Channel Four News.

La Grande-Bretagne a participé aux côtés des Etats-Unis à l'intervention militaire de 2003 qui a renversé le président Saddam Hussein. Depuis, Londres réduit son contingent à un demi-millier d'hommes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.