Cet article date de plus de dix ans.

Les combats dans l'Etat soudanais du Sud-Kordofan ont déplacé jusqu'à 40.000 personnes

C'est ce qu'a rapporté vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu (Ocha).Des affrontements ont lieu depuis près d'une semaine entre l'armée du Soudan et des groupes liés au Sud-Soudan, qui a voté son indépendance au début de l'année, et qui s'en rejettent mutuellement la responsabilité.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'Abyei prise par la mission de l'Onu au Soudan, le 23 mai 2011. (AFP/UNMIS/STUART PRICE)

C'est ce qu'a rapporté vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu (Ocha).

Des affrontements ont lieu depuis près d'une semaine entre l'armée du Soudan et des groupes liés au Sud-Soudan, qui a voté son indépendance au début de l'année, et qui s'en rejettent mutuellement la responsabilité.

Les premiers combats ont éclaté dans la capitale de l'Etat, Kadugli, après l'attaque samedi dernier d'un poste de police.

"Sur la population totale de Kadugli, estimée à 60.000 personnes, on pense qu'entre 30.000 et 40.000 habitants ont fui la ville", a déclaré à la presse Elisabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu. Des barrages routiers ont été érigés sur les principaux axes de la ville et de ses environs, a-t-elle ajouté, et des informations font état de pillages de grande ampleur.

Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, a relayé pour sa part des "informations extrêmement préoccupantes sur des victimes civiles, des déplacements de masse et une dégradation des conditions humanitaires".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.