Le président Obama a indiqué que son administration allait "se battre" aux côtés des habitants de la Nouvelle-Orléans

La bataille durera "jusqu'à ce que le travail soit fini", a-t-il dit lors d'un discours dans la ville dévastée par le cyclone Katrina il y a cinq ans.La Nouvelle-Orléans, en partie construite sous le niveau de la mer et protégée par des digues, avait été plongée dans le chaos à la fin de l'été 2005. 1.500 personnes avaient péri.

Barack Obama et sa femme Michelle Obama visitent Columbia Parc Housing, à La Nouvelle-Orléans, le 29/08/2010
Barack Obama et sa femme Michelle Obama visitent Columbia Parc Housing, à La Nouvelle-Orléans, le 29/08/2010 (AFP/Jewel Samad)

La bataille durera "jusqu'à ce que le travail soit fini", a-t-il dit lors d'un discours dans la ville dévastée par le cyclone Katrina il y a cinq ans.

La Nouvelle-Orléans, en partie construite sous le niveau de la mer et protégée par des digues, avait été plongée dans le chaos à la fin de l'été 2005. 1.500 personnes avaient péri.

"Bien sûr, je n'ai pas besoin de vous dire qu'il y a encore trop de parcelles de terrain abandonnées (...), trop d'étudiants qui suivent leurs cours dans des caravanes (...), trop d'habitants de La Nouvelle-Orléans qui n'ont pas pu rentrer à la maison", a déclaré Barack Obama à l'université Xavier de Louisiane.

"Nous sommes toujours là et nous allons continuer à bâtir. Nous allons continuer à travailler", avait-il dit aux clients d'un restaurant où il est allé déjeuner peu avant son discours.

Lors du cyclone de 2005, les images du stade géant de la ville, le superdôme, servant de refuge précaire à des familles entières ayant tout perdu, étaient devenues le révélateur de la fragilité d'une super-puissance apparue soudainement malade de ses inégalités.

"C'est une catastrophe naturelle mais aussi un désastre provoqué par l'homme; un raté honteux du gouvernement qui a laissé d'innombrables hommes, femmes et enfants abandonnés et seuls", a déclaré Barack Obama dimanche.

La situation avait été particulièrement dramatique dans le "Lower Ninth Ward", le quartier le plus pauvre de la ville, construit dans une cuvette et peuplé à 99% de Noirs.

Barack Obama a aussi souligné les progrès réalisés pour rendre la région plus sûre. Il a présenté l'enchevêtrement composé de 560 km de digues, de parois coulissantes anti-crue et de 78 stations de pompage, comme "le projet civil le plus important de l'histoire" du pays pour tenter de rassurer une population inquiète à l'idée que l'histoire ne se répète.

L'acteur Brad Pitt s'est engagé de son côté dans la construction de maisons individuelles à la Nouvelle -Orléans par le biais de sa fondation Make it right. "L'atmosphère, les odeurs, les bruits qui imprègnent cette région sont exaltants", a-t-il dit.