Cet article date de plus de douze ans.

Le président français a salué mercredi le discours "courageux" de Barack Obama sur l'envoi de renforts en Afghanistan

A ses yeux, ce discours "donne un nouvel élan dans l'engagement international et ouvre de nouvelles perspectives".Il déclare dans un communiqué que Paris "examinera sa contribution à la stratégie internationale" après la réunion de l'Alliance atlantique, jeudi et vendredi à Bruxelles, et la conférence de Londres sur l'Afghanistan en janvier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le palais de l'Elysée (France 2  Jacques Loew)

A ses yeux, ce discours "donne un nouvel élan dans l'engagement international et ouvre de nouvelles perspectives".

Il déclare dans un communiqué que Paris "examinera sa contribution à la stratégie internationale" après la réunion de l'Alliance atlantique, jeudi et vendredi à Bruxelles, et la conférence de Londres sur l'Afghanistan en janvier.

Nicolas Sarkozy laisse ainsi la porte ouverte à l'envoi de possibles renforts sur le terrain. Selon Le Monde, Barack Obama aurait réclamé à la France l'envoi de 1.500 soldats supplémentaires en Afghanistan. Un chiffre jugé "extrêmement fantaisiste" par un haut diplomate de l'OTAN cité par Reuters.

Le chef de l'Etat réaffirme dans le communiqué de l'Elysée que Paris donnera "la priorité à la formation des forces de sécurité afghanes" tout en faisant valoir que la France a déjà "fortement accru son engagement civil et militaire depuis deux ans". A l'heure actuelle, 3400 soldats français opèrent sur le sol afghan ainsi que 150 gendarmes dans le cadre d'une mission de la force européenne de police sous la bannière de l'Union européenne.

"Nous avons des missions. La mission de l'armée française, pour le moment, elle est assumée (...) Pour le moment, nous sommes satisfaits de la manière dont ça se déploie et dont l'action est menée", a déclaré mercredi le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. "Il y a d'autres régions, et si la stratégie changeait, nous verrions bien, mais pour le moment il n'y a aucune nécessité à augmenter, sauf que si ça marche bien auprès des villageois, (...) il y a à affiner notre dispositif", a-t-il ajouté. Pour l'instant, aucune décision n'a été prise à ce sujet et le gouvernement attend de voir comment la situation évolue, a déclaré de son côté le conseiller spécial du chef de l'Etat, Henri Guaino.

Dans un entretien au Figaro en octobre, Nicolas Sarkozy avait
affirmé que la France n'enverrait pas "un soldat de plus" en Afghanistan et que sa conviction était qu'il fallait "davantage de soldats afghans". "Notre objectif est que les Afghans puissent vivre dans un pays pacifié et souverain. La stabilité de l'Afghanistan comme celle du Pakistan sont essentielles pour la paix du monde et pour notre propre sécurité", précise-t-il mercredi dans le communiqué de l'Elysée.

Le communiqué précise que la France va apporter "un soutien renforcé au Pakistan voisin dans sa lutte contre les forces de déstabilisation qui menacent toute la région", sans donner de détails sur la nature de cette assistance.

Réactions
L'ancien premier secrétaire du PS François Hollande: "Nous ne devons pas envoyer de troupes supplémentaires et surtout, nous devons changer la mission. Le risque de la décision d'Obama, c'est l'escalade, envoyer sans cesse plus de troupes pour maintenir un ordre de plus en plus précaire", a-t-il dit sur France 2.

Le PCF: "L'échec de la stratégie de l'Otan est chaque jour plus criant. Il serait inacceptable que la France choisisse de s'aligner sur l'administration des Etats-Unis dans cette stratégie belliqueuse en participant de quelque manière à l'envoi de nouvelles troupes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.