Cet article date de plus de douze ans.

Le Premier ministre britannique s'est rendu samedi en Afghanistan alors que la polémique sur le budget militaire enfle

Outre- manche, à trois mois des élections législatives, beaucoup s'interrogent sur les ressources allouées aux forces engagées en Afghanistan et doutent qu'elles leur permettent d'assurer correctement leur sécurité.Ce n'est pas du tout l'avis du Premier ministre qui a affirmé faire tout son possible pour fournir les financements nécessaires.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre britannique Gordon Brown (6 octobre 2008) (AFP / Carl de Souza)

Outre- manche, à trois mois des élections législatives, beaucoup s'interrogent sur les ressources allouées aux forces engagées en Afghanistan et doutent qu'elles leur permettent d'assurer correctement leur sécurité.

Ce n'est pas du tout l'avis du Premier ministre qui a affirmé faire tout son possible pour fournir les financements nécessaires.

"Nous faisons tout notre possible pour vous fournir l'équipement et les ressources dont vous avez besoin", a-t-il répété samedi aux soldats britanniques déployés à Lashkar-Gah,
chef lieu de la province d'Helmand, dans le sud de l'Afghanistan.

Il a par ailleurs qualifié de "symbole d'espoir" la vaste offensive de l'Otan et de l'armée afghane sur le bastion taliban de Marjah (sud). "Nous devons gagner la paix autant que la guerre", a déclaré M. Brown à Camp Bastion, la plus importante base militaire de la province du Helmand. "C'est pourquoi, il est tellement crucial qu'en seulement 20 jours après le début de l'opération, les forces conjointes internationales et afghanes, militaires et civiles, ont commencé à faire de ce bastion de la brutale insurrection talibane un symbole d'espoir pour les habitants", a ajouté le Premier ministre britannique lors des huit heures passées le Helmand, l'une des provinces les plus dangereuses du pays.

Gordon Brown a insisté sur la nécessité de former la police afghane, en dépit des problèmes de corruption et de toxicomanie. "Cela créera les conditions où les Afghans seront capables d'assurer eux-mêmes la sécurité et nos troupes pourront rentrer à la maison", a estimé M. Brown.

Les autorités britanniques ont annoncé le déblocage de 125 millions de livres sterling (189 millions de dollars). 200 véhicules blindés légers doivent remplacer d'ici fin 2011 le très controversé Snatch Land Rover accusé de ne pas être assez résistant aux mines artisanales. La Grande-Bretagne enverra également 150 instructeurs de police supplémentaires, doublant ainsi ses effectifs de formation.

Depuis le début des opérations occidentales en 2001, 269 soldats britanniques ont été tués en Afghanistan.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.