Le Japon relance la chasse à la baleine dans l'Antarctique

Après un an de suspension sur ordre de la Cour internationale de justice, l'Agence japonaise de la pêche annonce ce lundi que baleiniers de recherche vont partir pour une "nouvelle mission de recherche dans l'Antarctique" dès demain.

(Selon Tokyo, la chasse à la baleine est nécessaire pour collecter des informations © MAXPPP)

En mars 2014, saisie par l'Australie, la Cour internationale de justice avait jugé que le Japon détournait à des fins commerciales une activité présentée comme étant destinée à la recherche scientifique animale. Tokyo avait donc suspendu la pêche à la baleine le temps de présenter à la Commission baleinière internationale un plan qui prévoit de capturer 3.996 petits rorquals en Antarctique dans les douze prochaines années, soit 333 par saison contre environ 900 dans le cadre du précédent programme condamné.

Pour Tokyo, ce niveau de capture est "nécessaire" pour collecter des informations sur l'âge de la population baleinière, données dont le Japon dit avoir besoin afin de définir un plafond de captures permettant de ne pas menacer la survie de l'espèce. Selon un responsable de l'agence de pêche japonaise, ce dernier plan "prend en compte les recommandations formulées dans le rapport du comité scientifique de juin, et nous pensons que toutes les procédures nécessaires ont été effectuées."

Sea Shepherd envoie un bateau à la recherche des baleiniers japonais

La réplique du ministre australien de l'Environnement n'a pas tardé : "Nous n'acceptons en aucune manière le concept de tuer des baleines à des fins prétendument scientifiques." Et l'association écologiste Sea Shepherd a déjà annoncé que son bateau, le Steve Irwin, actuellement amarré à Melbourne, allait prendre la mer dans la semaine pour empêcher "toute activité illégale."