Cet article date de plus de dix ans.

Le groupe parlementaire de Ioulia Timochenko a dénoncé mardi des fraudes massives lors du scrutin de dimanche

Il a promis de contester le résultat devant les tribunaux. A en croire un journal ukrainien, Timochenko, qui va donner dans la journée une conférence de presse, "ne reconnaîtra jamais" sa défaite.Selon la commission électorale ukrainienne mercredi, Ianoukovitch a été élu président avec une avance de 3,48 points et 900.000 voix sur Timochenko.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ioulia Timochenko, figure de proue de la "révolution orange" ukrainienne de 2004. (France 2)

Il a promis de contester le résultat devant les tribunaux. A en croire un journal ukrainien, Timochenko, qui va donner dans la journée une conférence de presse, "ne reconnaîtra jamais" sa défaite.

Selon la commission électorale ukrainienne mercredi, Ianoukovitch a été élu président avec une avance de 3,48 points et 900.000 voix sur Timochenko.

Les observateurs de l'OSCE ont salué la bonne tenue du scrutin. Mais ce n'est pas l'avis du numéro deux du Bloc Timochenko, qui a dénoncé devant le parlement "une violation cynique de la loi ukrainienne par les équipes de Ianoukovitch, des pressions sur les électeurs et le déploiement d'un large arsenal de falsification par le Parti des régions".

"En conséquence, le Bloc Timochenko annonce qu'il défendra devant les tribunaux ses droits et les droits de nos citoyens à des élections honnêtes et transparentes", a ajouté Sergueï Sobolev.

D'après le quotidien Ukrainska Pravda, Timochenko elle-même a assuré lundi soir lors d'une réunion de son parti qu'elle ne reconnaîtrait "jamais la légitimité de la victoire de Ianoukovitch dans de telles élections".

Timochenko a donné instruction à ses avocats de préparer des recours contre le résultat de l'élection, ajoute le journal sur son site internet.

L'Ukrainska Pravda précise encore que certains membres du parti de Timochenko sont en désaccord avec elle et lui ont conseillé d'admettre sa défaite, de démissionner de son poste de Premier ministre et de se ranger dans l'opposition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.