Cet article date de plus de huit ans.

Le groupe Etat Islamique revendique un attentat en Afghanistan

Selon le président afghan Ashraf Ghani, le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat-suicide qui a fait au moins 33 morts et plus de 100 blessés ce samedi à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Le président afghan Ashraf Ghani a vivement condamné cette attaque, fatale aussi à de nombreux enfants © maxppp)

 "Qui a revendiqué cet attentat épouvantable dans le Nangarhar aujourd'hui ? Les Talibans n'ont pas revendiqué cet attentat, Daech (EI) a revendiqué cet attentat ", a affirmé le président afghan Ghani. Les talibans afghans ont, pour leur part, nié toute implication dans cette attaque. Ces derniers mois, les autorités afghanes ont répété leurs craintes de voir un nombre croissant de jihadistes locaux se rallier à l'organisation Etat islamique (EI) qui contrôle de vastes zones géographiques en Syrie et en Irak.

Un appel à l'AFP

Dans un appel à l'AFP, Shahidullah Shahid, un ex-porte-parole des talibans pakistanais limogé après avoir fait allégeance à l'EI, a revendiqué l'attentat-suicide perpétré samedi devant une banque de Jalalabad, grande ville de l'est afghan près de la frontière pakistanaise. L'explosion est survenue au moment où des fonctionnaires étaient venus toucher leur salaire devant la succursale locale de la Kabul Bank, la principale banque privée du pays.

Première attaque d'envergure

Si cette revendication était confirmée, il s'agirait de la première attaque d'envergure de ce groupe en Afghanistan, berceau historique d'Al-Qaïda et des talibans. Au Pakistan et en Afghanistan, le ralliement d'anciens talibans à l'EI est resté jusqu'ici limité. Les rebelles islamistes sont historiquement proches d'Al-Qaïda, nébuleuse rivale de l'EI sur le front jihadiste international. Cette semaine, des hommes se revendiquant de l'EI, avaient tenté d'assassiner une universitaire américaine à Karachi, dans le sud du Pakistan.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.