Le gouvernement afghan affirme qu'une frappe aérienne de l'Otan aurait tué 33 civils pris pour des talibans

"Les forces de l'Isaf pensaient que des insurgés étaient à bord d'un groupe de véhicules civils, et les ont bombardés", a déclaré le ministère afghan de l'Intérieur.L'Isaf a annoncé l'ouverture d'une enquête. Ces événements ne s'inscrivaient pas dans le cadre de la vaste opération Moshtarak, lancée par l'Otan dans la province voisine du Helmand.

Region de Kaboul
Region de Kaboul (France 3 LCa)

"Les forces de l'Isaf pensaient que des insurgés étaient à bord d'un groupe de véhicules civils, et les ont bombardés", a déclaré le ministère afghan de l'Intérieur.

L'Isaf a annoncé l'ouverture d'une enquête. Ces événements ne s'inscrivaient pas dans le cadre de la vaste opération Moshtarak, lancée par l'Otan dans la province voisine du Helmand.

La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) a indiqué que des civils avaient été tués dimanche dans la province d'Uruzgan alors qu'ils approchaient d'une unité mixte de l'Alliance atlantique et de l'armée afghane. Le communiqué de l'Isaf ne précisait cependant pas le nombre de victimes.

"J'ai affirmé clairement à nos forces que nous sommes ici pour protéger le peuple afghan et qu'en tuant ou blessant des civils par mégarde, nous compromettons la confiance qu'ils placent en notre mission", déclare le général américain Stanley McChrystal, commandant des forces étrangères en Afghanistan, dans le communiqué. Les victimes civiles d'actions militaires sont l'une des principales sources de tensions entre les forces internationales et le gouvernement afghan.

L'Isaf n'a pu qu'annoncer l'ouverture d'une enquête.