Le coton "Made in Daech" inquiète les fabricants de vêtements

Les fabricants de vêtements européens commencent à se méfier du coton "Made in Daech". L'organisation de l'Etat islamique contrôle une grande partie des champs de coton en Syrie et revend sa production à des intermédiaires.

(Illustration : un champ de coton en Chine, en septembre 2010 © Maxppp)

En Syrie, Daech contrôle maintenant une large part de la production de coton, tout comme celles de blé et de pétrole. Selon Jean-Charles  Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme et spécialiste du financement du terrorisme, le groupe Etat islamique détient "entre 75 et 80%" des ressources de coton. "La production du pays a bien sûr diminuer depuis le début du conflit, précise-t-il. Mais cela représente encore environ 100.000 tonnes par an."  

Une production achetée en petite partie à l'étranger

Ce coton, Daech parvient à l'écouler en Syrie, mais aussi à l'étranger. "On estime que le groupe Etat islamique, à travers divers intermédiaires, exporte 10.000 tonnes par an", souligne Jean-Charles Brisard. Les échanges ont lieu "essentiellement à travers la frontière turque, on le sait par différents témoignages (signalant) des camions chargés de coton brut et traversant la frontière assez facilement."

"Daech a mis la main sur 75 à 80% de la production de coton" en Syrie, Jean-Charles Brisard
--'--
--'--

Le coton de Daech se retrouve dans les chaînes de production

Une fois en Turquie, le coton brut est "vendu à des sociétés qui le traitent, l'égrainent et le mettent sur le marché international", analyse Jean-Charles Brisard. D'après les données de l'Union des industries textiles, la Turquie est le deuxième fournisseur de textiles de l'Union européenne.

Certains fabricants européens s'inquiètent que certains revendeurs turques puissent se laisser séduire par les bas prix pratiqués par Daech. Pour autant, selon Jean-Charles Brisard, si le risque existe, "il est infime".