Cet article date de plus de dix ans.

Le Conseil de sécurité a annoncé vendredi la levée partielle du gel des avoirs libyens et l'envoi d'une mission en Libye

Quelques heures après la reconnaissance par les Nations unies dunouveau pouvoir libyen, le conseil de sécurité a fait part de sa détermination à s'assurer que les dizaines de milliards de dollars d'avoirs libyens gelés en février et mars "ser(aient) dès que possible mis à la disposition du peuple libyen".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mustafa Abdul Jalil, président du CNT, lors de son discours à la place des Martyrs, à Tripoli, le 12 Septembre, 2011 (AFP PHOTO / MAHMUD TURKIA)

Quelques heures après la reconnaissance par les Nations unies du
nouveau pouvoir libyen, le conseil de sécurité a fait part de sa détermination à s'assurer que les dizaines de milliards de dollars d'avoirs libyens gelés en février et mars "ser(aient) dès que possible mis à la disposition du peuple libyen".

L'ONU prévoit aussi l'envoi d'une mission de trois mois pour aider le Conseil national de transition (CNT) à construire un nouvel Etat grâce à la rédaction d'une nouvelle constitution et à organiser des élections.

Le Conseil qui se réjouit "d'une amélioration de la situation" en Libye, met l'accent dans le texte de la résolution sur les droits de l'Homme, la nécessité d'inclure des femmes dans le processus de décision et la protection des immigrants africains, cibles d'attaques dans le pays.

Les mesures contre l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en fuite, sa famille et des proches collaborateurs sont en revanche maintenues.

Plus tôt dans la journée, l'Assemblée générale a voté la remise au Conseil national de transition (CNT) du siège de la Libye à l'ONU.
Ce vote permettra au chef du CNT, Moustafa Abdeljalil, de prendre part à l'Assemblée générale annuelle de l'ONU, la semaine prochaine à New York. En marge de celle-ci, il rencontrera le président américain Barack Obama.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.